Fondation 30 Millions d'Amis

Fondation 30 Millions d'Amis
Faites un donFaire un don

 €

Votre don ne vous coûte que
XXX après réduction fiscale

On la croyait disparue, démodée... Faux ! La fourrure a regagné le terrain qu'elle avait perdu depuis quinze ans. Un retour en force inacceptable pour la Fondation 30 Millions d'Amis.

On la croyait disparue, démodée... Faux ! La fourrure a regagné le terrain qu'elle avait perdu depuis quinze ans. Un retour en force inacceptable pour la Fondation 30 Millions d'Amis.

C'était en 1985... David Bailey, jeune photographe de mode et de star, alors compagnon de Catherine Deneuve, accepte de réaliser un clip anti-fourrure. Les images "choc" réveillent le public et l'opinion au point de faire reculer de plus de 50% la vente de manteaux de fourrures aux Etats-Unis. Mais aujourd'hui, avec 10% de progression chaque année depuis 10 ans et un chiffre d'affaires de 263 millions d'euros (2006), la fourrure française se porte... à merveille ! Un camouflet pour les associations de défense animale. Au sein de l'Union Européenne, le secteur représentait 3 652 milliards d'euros en 2006, contre 4 700 milliards d'euros en 2008 - un chiffre d'affaires en constante hausse depuis la fin des années 1990. Principalement situées dans le nord, les fermes d'élevages européennes comptent pour 70% dans la production internationale de visons et 63% dans celle de renards. En France, où l'on compte une quarantaine d'élevages, la production de peaux est estimée à 280 000 produits par an, pour les seuls visons et renards.1

Europe : les lois en vigueur

Peu à peu, les pays de l'Union adoptent des législations visant à mettre un terme à l'activité de ces fermes. L'Autriche et le Royaume-Unis ont interdit l'élevage des animaux à fourrure, les Pays-Bas et la Suède abolissent progressivement les élevages depuis avril 1998. Quatre länder allemands (la Bavière, la Hesse, la Rhénanie-du-Nord-Westphalie et le Schleswig-Holstein) imposent des règles strictes pour les fermes à fourrure. Le Bundesrat (la chambre des représentants des Länder) a appelé le gouvernement fédéral à mettre en place une réglementation similaire en matière d'élevage d'animaux à fourrure pour toute l'Allemagne. En Suisse (pays non membre de l'Union), la législation interdit l'élevage intensif des animaux à fourrure. En Croatie, au 1er janvier 2017, l'élevage des animaux pour leur fourrure sera définitivement interdit.


Louveteau qui s'est auto-mutilé © ForbyPels.no

En France, la Fondation 30 Millions d'Amis a obtenu l'interdiction des peaux de chiens et chats en 2006 et l'extension de cette interdiction à l'Europe au 31 décembre 2008. Mais il reste une quarantaine d'établissements dans l'Hexagone dédiés à l'élevage d'animaux à fourrure en particulier de visons (plus précisément des visons Américains, plus gros que le vison européen).2 Et même si la loi prévoit une surveillance vétérinaire et une obligation de prendre en compte le "bien être" des animaux qu'ils utilisent, ces établissements échappent à tout contrôle en la matière car les textes ont omis de préciser par quel(s) organisme(s) ils doivent être effectués. En Norvège, le conseil éthique de l'agriculture a statué que l'élevage des animaux à fourrure dans l'état actuel est inacceptable pour le bien-être animal et une nouvelle législation doit entrer en vigueur dès le 1er janvier 2009.

Les chiffres

 VisonsRenards
Danemark12 300 000 
Russie 3 200 000350 000
Pays-Bas2 800 000
Etats-Unis2 550 00015 000
Finlande2 000 0002 100 000
Chine1 000 000
Norvège370 000
Pologne250 000

Estimation du nombre d'animaux tués en 2007 (Protection Suisse des Animaux - PSA)

Combien d'animaux pour un manteau ?3

Pour réaliser un beau manteau il faut compter pour chaque espèce :

Renards polaires : 15 à 24
Renards roux : près de 20
Ratons laveurs : 27 à 30
Loups : 3 à 10
Lynx : 12 à 15
Agneaux : plus de 30
Castors : une quinzaine
Coyotes : une quinzaine
Loutres : 20 à 30
Opossum : près de 50
Rats musqués : près de 50
Visons : 30 à 80
Hermines : 150 à 240

Voilà pour les chiffres et les lois. Reste leur application. Or aujourd'hui, où que ce soit dans l'UE, rien ne permet d'assurer que les fermes d'élevage d'animaux à fourrure respectent à la lettre les conditions du bien être animal qui leur ont été imposées. Au début du mois de novembre 2008, l'association norvégienne "Réseau pour la Liberté Animale" soucieuse de la stricte application de la loi est allée enquêter sur l'état des fermes d'élevage à travers tout le pays. Le rapport rendu est... calamiteux ! Armés d'une caméra, les enquêteurs de l'association ont filmé les exploitations et les conditions de détention des animaux dans 120 des 500 fermes que compte le pays, soit 20% de la totalité des établissements nationaux. Pour visionner la vidéo des enquêteurs, cliquer ici...

Quels animaux sont élevés ?

L'animal le plus représenté dans les élevages de fourrure est le vison. Viennent ensuite les renards, les chinchillas, les lynx, les hamsters et les lapins. 64% de ces fermes se situent en Europe du Nord, 11% en Amérique du Nord, les 25% restants se répartissant dans toutes les régions du monde de l'Argentine à la Russie. Les éleveurs de visons font habituellement se reproduire les visons femelles une fois par an. Pour chaque portée, seuls trois ou quatre petits sur 15 survivent. Ils seront tués six mois plus tard juste avant l'hiver. Les visons destinés à la reproduction sont gardés en vie de quatre à cinq ans soit moitié moins que leur espérance de vie en milieu naturel. Les animaux, entassés dans des cages extrêmement petites vivent dans la peur, le stress, la maladie, les parasites, les souffrances physiques et psychologiques.

Un habitat contre nature et polluant

Le vison fait partie de la famille des mustélidés (martres, hermines, belette, fouine, putois ou furet). Comme tous ces animaux, il creuse un terrier, apprécie l'eau, son régime est celui des carnivores et son comportement celui d'un chasseur. Elevé dans des cages dont le sol n'est pas plus large qu'une feuille de papier A4, il développe des troubles comportementaux dont les issues sont l'automutilation, des morsures compulsives de la peau, de la queue et des pattes. Les cas de cannibalisme générés par la surpopulation de ces bêtes qui, à l'état sauvage vivent en solitaire, touche jusqu'à 50% de la progéniture.4 Ces animaux d'élevage sont nourris de sous-produits animaux considérés comme impropres à la consommation humaine. Un vison d'élevage produit environ 88 kilos d'excréments par an. Si l'on multiplie ce nombre par celui de visons dépecés en France sur l'année 2007, soit 180 000, on obtient 15 840 tonnes de lisier, ce qui représente 264 tonnes environ de phosphore, l'un des pires polluants des écosystèmes aquatiques.

Mise à mort

Aucune loi, nulle part dans le monde, n'impose une mise à mort digne pour les animaux à fourrure. Les méthodes employées vont de l'asphyxie au gaz carbonique, à l'électrocution génitale (une électrode dans la bouche, l'autre dans l'anus), en passant par la pendaison, l'empoisonnement à la strychnine, l'injection de désherbants, d'alcool à 90°, de pesticide dans les veines ou encore la rupture de la nuque. "Si la fourrure est belle c'est que les conditions d'élevage et d'abattage ne sont pas si terribles qu'on voudrait nous le faire croire", se défendent les fourreurs. Facile à dire lorsque aucune équipe télé n'est autorisée dans l'enceinte de ces fermes, quelque soit le pays et que les photographes, journalistes, ou autres "animaux fouineurs" sont systématiquement refoulés. Aucun contrôle vétérinaire ni gouvernemental n'est d'ailleurs obligatoire. Le seul souci des éleveurs étant de préserver la qualité de la fourrure, avant de la prélever, peu importe les conditions dans lesquelles l'animal est tué, lorsque celui-ci est tué...

Se retrancher derrière "la fourrure d'élevage" ?

Mauvaise idée ! Evidemment, quand le consommateur entend parler de "fourrures d'élevage", il pense légitimement qu'il n'y a pas de mal à les porter puisque les animaux dont elles sont issues proviennent d'animaux élevés spécialement à dessein. C'est vrai... C'est faux aussi... Aucune étiquette ne permet de déterminer précisément d'où vient la fourrure portée. A savoir, si elle est issue d'animaux d'élevage, d'animaux piégés, de braconnage, de vente illégale ou de vente contrôlée.


Une ferme d'élevage au nord-est de la Norvège © ForbyPels.no

Aucune étiquette ne permet non plus de déterminer précisément quelle est l'espèce qui a servi à faire la fourrure. C'est ce flou qui a permis aux fourreurs et pelletiers, pendant des années, de faire passer des peaux de chiens et de chats de chine pour du lapin. Pour en savoir plus, cliquer ici.... Même, si, pour ceux qui connaissent un tant soit peu les animaux, le lapin est "rarement" tigré... Par ailleurs, aucun élevage, où que ce soit en Europe ou dans le monde ne répond à l'obligation du respect du "bien être animal". Libre donc à chacun de porter de la fourrure, mais en ayant pleinement conscience de la provenance, du nombre, de la nature des animaux nécessaires à la confection de qui son manteau, qui sa veste, etc...


Onze louveteaux dans une cage de 5 mètres carrés © ForbyPels.no

Certains consommateurs qui se "contentent" d'un simple ornement en fourrure (tour de gants, col, écharpe) s'arrangent avec leur conscience en étant persuadés que ce sont des "chutes". Erreur : 90% des renards tués pour leur fourrure dans le monde le sont pour produire ces petites pièces, comme l'explique Reha Hutin, Présidente de la Fondation 30 Million d'Amis lors d'un entretien accordé à France Info. Pour écouter l'entretien, cliquer ici...
La meilleure solution c'est encore de ne pas porter de fourrure. Ou à défaut, de se rabattre sur la fourrure synthétique dont les qualités d'imitation ne sont plus à prouver. Sachant que, côté mode, le nombre d'enseignes qui refusent d'inclure de la fourrure dans leurs lignes de prêt-à-porter ne cesse d'augmenter, cliquer ici...

Tant qu'à faire, autant être écolo jusqu'au bout, puisqu'une étude de la compagnie Ford Motors, aux Etats-Unis - reprise par The Independant en novembre 2004 - a démontré qu'il fallait 66 fois plus d'énergie pour réaliser un manteau en fourrure d'élevage qu'un manteau en fourrure synthétique. Un drôle de pavé dans la marre à pétrole !


Cliquer sur le lecteur pour visionner le sujet "La mort sur les épaules"


1 Protection Suisse des Animaux, rapport septembre/octobre 2008 ; Fédération Française des Métiers de la Fourrure et/ou Fédération Internationale de la Fourrure chiffres de janvier 2008 pour l'année 2007 (les prochains tomberont en janvier 2009 pour l'année 2008).

2 Fédération Française des Métiers de la Fourrure et/ou Fédération Internationale de la Fourrure, chiffres de janvier 2008 pour l'année 2007 (les prochains tomberont en janvier 2009 pour l'année 2008).

3 Protection Suisse des Animaux, rapport septembre/octobre 2008.

4 Réseau pour la liberté animale, norvégien : association norvégienne à la source d'une enquête très poussée dans les élevages norvégien mis en ligne en novembre 2008).

Commenter

  1. bomber 16/06/2009 à 01:37:11

    C'est vraiment triste de faire subire de telles actes a des animaux,je ne voit pas se qu'il y a de bien a porté des animaux mort sur soit.FrownCry

  2. popo59 05/05/2009 à 21:56:07

    Cry Marre des gens qui font sa !!!!!!!!

     

     C dé.....  ...... G 15 ans et plus tard je veux ma battre contre cette  barbarerie  .... !!!!!!! TRop énérver dsl     mais c affreux ce que c bette subiisse  hey eux si on les metter dans des cage et  kon les tonderai et kon les maltraiter  !!!! I diron koi ?  !!!!!  pauvre animaux  en + il sont rien fait pour mériter sa  !!! [message modéré]

     

    Maiis trop triste  ...... pauvres betes ... Cry

  3. Shibad 17/04/2009 à 21:04:03

    Moi aussi je ne supporte pas les ... avec leur manteau de fourrure a la noix.Je leur demande comment vous pouvez porter du sang animale sur votre dos ou alors je colle du chewing-gum gum sur leur manteau. M'enfin c'est insupportable la souffrance que l'on peut infliger aux animaux et tout sa au nom de la mode.Je préfère m'habiller avec un sac poubelle recyclable sa ferait le même effet.Au revoir 

  4. loufoque 29/03/2009 à 18:36:31

    j'ai regardé ses image avec honte j'ai régardé et non admiré la peine dans leur yeux je me suis obligé a regardé se que nous feson sans mème un soupson de pitier et je me suis obligé a regardé mon animal favori mon animal que je chérie que j'aime et que je continuré a me batre pour lui cette animal s'apelle le loup ossi térible soi t'ille dans ses yeux dans les yeux de ses louveteau se lisé un dégou de l'homme ou le dégou de la vie

    je saiis bien que tout animaux a le droit a un destin sans orible tache que nous lui infligeon, j'ai regardé tout entier le reportage que les journaliste français on fait en caméra caché en chine dans un entreprise de fourure de chien et chat et je peu vous dire que j'en et pas dormie de la nuit

     

    mes le loup ses tout autre chose j'aime vraiment tout animaux de la terre j'usqaux profondeur de la mer passan dans les air mes le loup qelque chose muni et je ne peu vous le raconté ses incroyable mes j'ai vu sais  image et mon visage sais transformé comme une petite fille prise en  faute j'ai eu peur de la réalité et je trouve que tout ètre humain a peur de la réalité ma mère ma famille entière aime la viande mes des que je leur dit la réalité comment il se retrouve dans leur assiètte il fon leurs sourde orielle. ses qu'il savent quil on qelque chose a se reproché et préfèr profité que les autre les tuent et comme sa il n'on pas honte

    voila tout se que je pensse et qui m'oripile le dans le plus profond de mon ame

  5. lyseraie 26/03/2009 à 19:26:59

    Mon dieu quel cruaute.comment peut on faire autant de mal à une bete innocente et sans defense. c'est pitoyable de voir que des gens puissent faire de tels actes mais pourquoi pourquoi encourager ces actes en portant des fourrures........si personnes ne voulait en acheter il y aurait moin de barbarie.arretons tous ça...........

    isabelle38

  6. nouck69400 01/03/2009 à 13:07:06

    je suis absolument révolter contre le fête d'élever des animaux a fourrures, cependant, la trappe qui est une activité de moins en moin répandu n'est pas du tout barbare, je pense que l'on peut condamner des élevage d'animaux a fourrure mais il est cependant préférable pour la nature elle même que l'homme régule intelligemment certaines espèces afin qu'elles ne se développent pas au détriments d'une autre

  7. anonyme 03/02/2009 à 11:23:24

    oui j ai effectivement vue un vendeur de fourrure de petite bêtes marron qui à eu droit à un reportage à la télévision et qui posseder une entreprise à grand rendement financier à l etranger ! je suis evidemment contre mais ce qui me chagrine c la trop grande importance accorder à ces personnes qui se prennent trop au serieux et malgrés le bonheur gagne au detriment des animeaux et des gens qui avance bien trop lentement !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!

  8. virginie1712 01/02/2009 à 19:42:48

    je ne parle pas anglais, je ne comprend que quelques phrases mais je crois qu'en voyant cela il n'est pas necessaire de comprendre l'anglais...

    les images parlent d'elles meme! c'est scandaleux...Cry

  9. xxxluluooo 29/01/2009 à 19:29:37

    Les gens qui font ça n'ont aucune moralité et ne cherchent qu'a se faire de l'argent sur le dos de pauvres bêtes qui n'ont rien choisi... De quoi être dégouté et outré de voir ce genre de pratiques pour satisfaire des clients qui n'ont pas plus de morale... Cry

  10. marion37 29/01/2009 à 14:58:18

    c est malheureux se qu ils  leurs font subirent a toutes ses pauvres betes et... qui veut porter de la peau d animaux?

     c est horrible...CryCryCry