Fondation 30 Millions d'Amis

Fondation 30 Millions d'Amis
Faites un donFaire un don

 €

Votre don ne vous coûte que
XXX après réduction fiscale

Actualités

Les chasseurs plus gênants que les voitures pour les promeneurs (sondage)

Les chasseurs représentent désormais une gêne plus importante que les voitures pour les promeneurs en balade dans la nature, selon un sondage présenté mardi lors des Etats généraux de la chasse.

PARIS, 15 fév 2011 (AFP) - Les chasseurs représentent désormais une gêne plus importante que les voitures pour les promeneurs en balade dans la nature, selon un sondage présenté mardi lors des Etats généraux de la chasse.

Selon ce sondage Ifop, 65% des personnes interrogés se disent gênées par les chasseurs lorsqu'elles se promènent dans la nature (contre 44% en 2000). En dépit d'une baisse continue des effectifs (1,3 million aujourd'hui contre 1,8 million il y a 20 ans), les chasseurs sont désormais la première gêne des promeneurs, devançant les voitures (62%, contre 52% en 2000), les panneaux "interdiction d'entrée" et les clôtures (30%, contre 22% en 2000), les personnes avec des chiens (19%, contre 20% en 2000) ou les vététistes (18%, contre 11% en 2000). Le sondage a été réalisé du 7 au 10 février 2011 auprès de 1.007 personnes. L'institut de sondage, à partir d'une étude CSA datant de mai 2008, précise que les chasseurs sont paradoxalement jugés "légitimes" sur les questions environnementales, avec 60% des Français qualifiant de positif leur rôle pour "la préservation de la nature et de l'environnement".

"Le sondage ne fait pas la différence entre milieu urbain et milieu rural. En milieu urbain, il est clair que l'espace est plus restreint et la cohabitation peut être plus difficile, mais pas en milieu rural", a précisé à l'AFP Bernard Baudin, président de la Fédération nationale des chasseurs. "Nous n'avons pas à rougir de ce que nous sommes!", a pour sa part lancé à la tribune le président (UMP) du Sénat, Gérard Larcher. "Nous devons revendiquer notre apport à la nature" non comme "un acte de contrition mais comme un acte de foi", a ajouté ce grand amateur de chasse. Les Etats généraux de la chasse, organisés mardi et mercredi à Paris, doivent permettre aux chasseurs de réfléchir aux moyens de s'imposer comme "vigies de la nature" à l'instar des associations de défense de l'environnement avec des propositions pour les 20 prochaines années. Mercredi, les ministres de l'Agriculture, Bruno Le Maire, et de l'Ecologie, Nathalie Kosciusko-Morizet, sont attendus à ces Etats généraux, les premiers depuis 1990, auxquels participent quelque 400 dirigeants de la chasse française et une cinquantaine de parlementaires.