Fondation 30 Millions d'Amis

Fondation 30 Millions d'Amis
Faites un donFaire un don

La Ferme des Aubris, un havre de paix pour les équidés maltraités ou abandonnés

Refuge "la Tuilerie" un havre de paix pour les animaux sortis de l'enfer


 €

Votre don ne vous coûte que
XXX après réduction fiscale

Sauvetage

L'impact de la catastrophe sur la faune difficile à mesurer

Marée noire : l'impact de la catastrophe sur la faune difficile à mesurer

La nappe pétrolière qui se répand au large de la Louisiane aurait déjà tué près de 650 oiseaux. Un bilan qui ne cesse de s’alourdir, mais qui reste difficile à chiffrer précisément. Explications.

La nappe pétrolière qui se répand au large de la Louisiane aurait déjà tué près de 650 oiseaux. Un bilan qui ne cesse de s’alourdir, mais qui reste difficile à chiffrer précisément. Explications.

C’est la plus grande catastrophe écologique que les Etats-Unis aient connue ces dernières années. La marée noire qui souille actuellement les côtes américaines, au cœur du golfe du Mexique, est dévastatrice pour les espèces animales et plus particulièrement pour les oiseaux.
L'impact de la catastrophe sur la faune difficile à mesurer

Selon les observateurs, plus d’un demi-millier de volatiles auraient déjà péri. Un chiffre qui sera revu à la hausse dans les jours et les semaines à venir, mais qu’il sera à terme impossible de déterminer avec précision : « Le pétrole a contaminé les marécages côtiers, très difficiles d’accès pour les sauveteurs, indique Anne-Laure Dugué, responsable du « Programme Oiseaux en détresse » de la Ligue pour la Protection des Oiseaux (LPO). Et les oiseaux qui meurent en mer, car trop affaiblis ou parce qu’ils ont perdus leur étanchéité, ne seront jamais retrouvés ni comptabilisés » souligne la jeune femme.

Stress, contamination, déshydratation

Parmi les plus fragiles, le pélican brun, retiré de la liste des espèces protégées en 2009, doit aujourd’hui faire face aux nappes d’hydrocarbures qui envahissent les lagunes de la baie de Barataria, au sud-est de la Louisiane. Mais là encore, les experts ont du mal à s’accorder sur l’impact de la catastrophe sur cette population. « Non seulement le territoire concerné est extrêmement vaste, ce qui rend les recherches compliquées, et les organismes de protection animale qui interviennent sont très nombreux, et la coordination des informations est complexe » déplore la représentante de la LPO.

Lors des précédentes marées noires, comme celle causée par l’Amoco Cadiz (1978), on estime qu’un oiseau sur 10 était récupéré. Et les volatiles recueillis ne sont pas forcément hors de danger. Stress, contamination, déshydratation... ils sont parfois condamnés malgré le nettoyage réalisé par les sauveteurs. Lors du drame de l’Erika (2002), seuls 6 % des oiseaux recueillis auraient survécu, toujours selon la LPO.

Euthanasier les oiseaux mazoutés ?

Des chiffres inquiétants qui conduisent certains biologistes à prendre des positions radicales. Dans l’hebdomadaire allemand Der Spiegel, cité par le site Internet Slate.fr (10/06/10), Sylvia Gaus préconise l’euthanasie de tous les oiseaux infectés, qui pour elle n’ont que peu de chances de survie une fois réintroduits dans leur milieu naturel. Selon Anne-Laure Dugué, « même un taux de survie de 1% justifie l’utilité de ces opérations de sauvetage ». Pour elle, « au-delà de cette polémique, se pose une question d’ordre éthique : doit-on laisser mourir ces oiseaux sans rien tenter ? ». Lors du naufrage du pétrolier Tricolor au large de la Mer du Nord (2003), le taux de survie des oiseaux secourus avait atteint 70 %. « On obtient de très bons résultats lorsqu’on peut récupérer les oiseaux dès les premières heures », confirme Anne-Laure Dugué.

Les oiseaux ne sont malheureusement pas les seuls espèces victimes de l’explosion de la plateforme BP. 200 tortues et une trentaine de mammifères, parmi lesquels des dauphins, sont déjà morts à cause de cette marée noire.

Et aussi

Quelles sont les espèces menacées par la marée noire ?

Photo : © Gilles Bentz/LPO

Commenter

  1. Mandy75 24/06/2010 à 12:32:41

    Un jour il n'y aura plus la possibilité de se baigner dans la mer tellement elle sera polluée.

    Plus tard il n'y aura plus la possibilité d'avoir de l'eau.

    Et pour finir plus il y a des catastrophes et plus on se rapproche de la fin du monde ! 

  2. Mandy75 24/06/2010 à 12:30:13

    Le 20/06/2010 à 18:28:25, Phébus des Tours a dit:


    Une nouvelle catastrophe écologique, due une fois de plus à la négligence humaine ! Bref, cela fera de nouvelles espèces balayées en quelques mois de la surface de la planète, tout ça parce que les messieurs de BP refusaient de consolider la plate-forme, soi-disant parce qu'il n'y avait pas de risques ! Je pense plutôt que c'est surtout leur portefeuille qui compte...

     Oui c'est le portefeuille qui compte, il faut aussi savoir que c'est souvent des vieux qui sont responsables et qu'ils seront bientôt morts donc ils se fichent de nous laisser une planète dans un état pitoyable.  

  3. gamin51 23/06/2010 à 17:14:41

    C'est scandaleux de voir la détresse de tous ces animaux ,tout ça à causse de la bêtise humaine, et surtout pour le fric!!!

  4. Phébus des Tours 20/06/2010 à 18:28:25

    Une nouvelle catastrophe écologique, due une fois de plus à la négligence humaine ! Bref, cela fera de nouvelles espèces balayées en quelques mois de la surface de la planète, tout ça parce que les messieurs de BP refusaient de consolider la plate-forme, soi-disant parce qu'il n'y avait pas de risques ! Je pense plutôt que c'est surtout leur portefeuille qui compte...