Fondation 30 Millions d'Amis

Fondation 30 Millions d'Amis
Faites un donFaire un don

 €

Votre don ne vous coûte que
XXX après réduction fiscale

La Fondation place deux singes dans un sanctuaire spécialisé

Deux magots, singes originaires du Maghreb, ont été placés par la Fondation 30 Millions d’Amis dans un sanctuaire plus propice à leur bien-être. Récit.

  • Deux magots ont été placés par la Fondation 30 Millions d’Amis dans un sanctuaire spécialisé dans la prise en charge des primates.
  • Les deux singes s’acclimatent très bien à leur nouvel environnement.
  • Le magot est une espèce en voie de disparition. Leur nombre a été divisé par 3,5 en près de 40 ans.

C’est le début d’une nouvelle vie pour Cosette et Capucine, deux femelles magots domestiquées. Cosette a été confiée à la Fondation 30 Millions d’Amis par une ancienne artiste de cirque qui a cessé son activité. Quant à Capucine, elle a passé la quasi-totalité de sa vie derrière des barreaux. Le magot avait été confié – alors qu’il n’était qu’un bébé – à un refuge du Gard, par les services vétérinaires de l’époque. Il y est resté pendant huit ans. Et même si il a toujours été très bien traité, le lieu ne permettait pas de répondre aux besoins d’un tel animal. « Capucine était dans une cage, une grande cage certes, mais cela reste une cage et pour moi ce n’est pas là la place d’un singe », explique Paula Loïs, présidente de la structure qui s’est lancée, il y a quelques années, elle se dans la recherche d’un lieu spécialisé dans la prise en charge des primates. En vain. C’est finalement la Fondation 30 Millions d’Amis qui lui permet d’offrir à la gentille Capucine l’opportunité d’une vie meilleure. « Sa frimousse nous manque, on la regrette mais nous savons aussi que c’est pour du mieux », confie la présidente du refuge gardois.

Originaires du Maroc et de l’Algérie

Grâce à la Fondation 30 Millions d’Amis, les primates sont en passe de retrouver un cadre et un environnement dont elles n’auraient jamais dû être éloignées. Il y a quelques semaines, ces singes, qui évoluent normalement dans les forêts du Maroc et de l’Algérie, ont été acheminés au sanctuaire pour animaux exotiques AAP d’Almere aux Pays-Bas. Aujourd’hui en quarantaine, elles devraient rejoindre, en novembre, un groupe de congénères. « Avant d’arriver ici, Cosette était un animal agressif. Elle attrapait et mordait toutes les personnes s’approchant de sa cage. Aujourd’hui, elle est visiblement plus détendue. Elle est plus calme et aime s’asseoir devant la fenêtre pour profiter de la vue », confie Femke Ruinaard, chargée de communication chez AAP. Capucine semble, elle aussi, très bien s’adapter à son nouvel environnement. 

Arrachés à leur milieu naturel

L’aventure de Cosette et Capucine n’est pas un cas isolé. Selon AAP, il serait près de 300 singes à être arrachés de leur terre natale pour servir d’animaux de compagnie en Europe au prix d’une grande souffrance. « Les primates ne sont pas fait pour être domestiqués. A l’âge adulte, ils deviennent agressifs. Ils peuvent aussi détruire le mobilier de votre appartement », prévient l’organisation hollandaise. Elle ajoute : « En 38 ans, les magots sont passés de 17 000 spécimens à 5000. C’est une espèce en voie d’extinction ; si rien n’est fait, il n’y aura plus de magots sur terre d’ici 10 ans ».