Fondation 30 Millions d'Amis

Fondation 30 Millions d'Amis
Faites un donFaire un don

 €

Votre don ne vous coûte que
XXX après réduction fiscale

Consommation

La Cour constitutionnelle de Pologne saisie sur l'abattage rituel

VARSOVIE, 22 juin 2012 (AFP) - Le procureur général de Pologne a demandé à la Cour Constitutionnelle de se prononcer sur la légalité de l'abattage rituel dans ce pays, un important exportateur de viande halal et kasher, a-t-on appris vendredi auprès du parquet général.

VARSOVIE, 22 juin 2012 (AFP) - Le procureur général de Pologne a demandé à la Cour Constitutionnelle de se prononcer sur la légalité de l'abattage rituel dans ce pays, un important exportateur de viande halal et kasher, a-t-on appris vendredi auprès du parquet général.

"A la demande des organisations polonaises de protection des animaux, le procureur général a saisi le 8 juin la Cour constitutionnelle pour statuer sur la conformité avec la loi fondamentale de la disposition ministérielle" autorisant l'abattage rituel, a déclaré à l'AFP Mateusz Martyniuk, porte-parole du parquet. En mai, le parquet régional de Varsovie avait ouvert de son côté une enquête sur la légalité de la disposition du ministère de l'Agriculture de 1994, qui autorise l'abattage rituel. La Pologne, où les minorités musulmane et juive ne comptent que quelques milliers de personnes, est néanmoins un important producteur de viande halal et kasher qu'elle exporte massivement en Europe. Une vingtaine d'abattoirs en Pologne sont spécialisés dans la production de viande halal et kasher. Selon diverses estimations, les exportations polonaises de viande halal et casher se sont chiffrées l'an dernier à environ 200 millions d'euros. Commentant l'initiative du parquet général, le grand rabbin de Pologne Michael Schudrich a espéré un jugement favorable de la Cour constitutionnelle. "Nous faisons entièrement confiance au système juridique polonais. Nous sommes convaincus que la Cour constitutionnelle statuera sur cette question dans le contexte de la liberté de confession et de conscience, garantie par la loi fondamentale, et notamment en ce qui concerne le droit de préserver les coutumes et les traditions des minorités nationales", a-t-il déclaré, cité par le site internet Virtual shtetl. Aucune indication concernant la date à laquelle la Cour pourrait se pencher sur la question n'a été donnée.