Fondation 30 Millions d'Amis

Fondation 30 Millions d'Amis
Faites un donFaire un don

La Ferme des Aubris, un havre de paix pour les équidés maltraités ou abandonnés

Refuge "la Tuilerie" un havre de paix pour les animaux sortis de l'enfer


 €

Votre don ne vous coûte que
XXX après réduction fiscale

Insolite

Grenoble et Suresnes acceptent les chiens des employés en mairie : d’autres villes pourraient suivre

Maxence, employé à la marie de Grenoble, vient travailler avec son labrador Pixel ! ©DR

Pour améliorer le bien-être des fonctionnaires municipaux, certaines mairies ont décidé de leur permettre d’être accompagnés de leurs animaux pendant les heures de travail. 30millionsdamis.fr se réjouit de cette initiative ; d’autres collectivités pourraient suivre l’exemple.

Des chiens… en mairie ! Après les entreprises privées, certaines collectivités publiques semblent prêtes à accueillir nos 30 millions d‘amis dans leurs locaux. Quelques (grandes) villes ont déjà pris les devants.

Des collectivités pionnières

« Les entreprises sont de plus en plus invitées à accueillir les chiens sur le lieu de travail ; à Suresnesc’est déjà une réalité, se félicite la maire-adjointe Béatrice de Lavalette. Et ce, depuis plus d’un an, après l’accord pionnier et unique à ce jour en France signé entre la mairie des Hauts-de-Seine et trois syndicats, en septembre 2020.

 

La présence de l’animal crée un climat apaisant.

B. de Lavalette - Maire adjointe de Suresnes

À Grenoble (38) – 16ème ville de France en nombre d’habitants – les agents municipaux et leurs chiens peuvent également profiter de l’expérimentation lancée par la municipalité en juin 2021. En quelques mois, l’Hôtel de ville a donc pris des allures canines : « J’avais vu que cela se faisait de plus en plus à l’étranger, notamment dans le privé, alors j’ai proposé l’idée et ça a plu », confie Sandra Krief, conseillère municipale à la cause animale, à l’initiative du projet (BFM TV).

Hakim, adjoint aux finances, peut ainsi travailler en compagnie d’Elwine, sa chienne de 16 ans : « ça permet d’éviter qu’elle ne passe toutes ses journées seule chez moi, confie-t-il avec soulagement. Ça me sécurise de la savoir avec moi ». Le maire de la ville Éric Piolle (EELV) semble lui-même conquis par le calme de cette nouvelle mascotte qu’il salue par une caresse sur la tête !

De multiples avantages

Des initiatives bénéfiques… pour tous ! Car non seulement les animaux ne sont pas un frein au travail (ils dorment sur les genoux de leur maître ou sur un coussin dans un coin de la pièce) ; mais au contraire, leur présence pourrait même améliorer l’efficacité des salariés, plus sereins : « La présence de l’animal crée un climat apaisant et favorise la performance ou la créativité », assure B. de Lavalette (Le Parisien). Vecteurs de lien social, les chiens créent, en outre, une grande convivialité. « Partager l’espace avec eux permet de retrouver un réel bien-être sur son lieu de travail, confirme de son côté S. Krief. Ils ont tendance à rapprocher les gens et à faire tomber certaines barrières dans des environnements parfois stressants. »

 

Partager l’espace avec eux permet de retrouver un réel bien-être.

S. Krief - Conseillère municipale à la cause animale de Grenoble

Pour réussir la cohabitation humain-animal, les collectivités peuvent édicter un règlement intérieur en concertation avec des experts – à l’instar de comportementalistes, du Comité d’hygiène, de sécurité et des conditions de travail, mais aussi, de juristes et de représentants des ressources humaines. « Il faut un cadre assez strict pour créer des conditions de travail stimulantes, sans que cela stresse ceux qui ne souhaiteraient pas cette présence », prévient la maire-adjointe de Suresnes (92). Par exemple, les mairies peuvent interdire les chiens de catégorie 1 et 2, ou refuser la présence des chiens dans les bureaux en contact avec le public. Elles peuvent également demander aux maîtres d’animaux de les tenir en laisse dans les couloirs ou subordonner leur présence à l’accord des autres employés dans les open-spaces.

Une démarche « gagnant-gagnant »

Cette démarche « gagnant-gagnant » pourrait bien inspirer d’autres communes de premier plan.  A Strasbourg (8ème ville de l’hexagone en nombre d’habitants), l’idée semble déjà faire son chemin : « L’initiative grenobloise d’admission des chiens accompagnés de leur maître à titre expérimental est très intéressante car il est avéré que la présence d’un chien a un rôle apaisant », confirme l’entourage de la maire, Jeanne Barseghian (EELV) dans les colonnes des Dernières Nouvelles d’Alsace (23/10/2021). « Des contacts réguliers sont pris avec la Ville de Grenoble afin de suivre cette expérimentation et de bénéficier de son retour d’expérience », assure-t’on à l’Hôtel de Ville de la capitale européenne. Pour l’anecdote, si Jeanne Barseghian partage avec Éric Piolle – maire de Grenoble – d’être issue des rangs du même parti politique (EELV), l’édile est native de la ville de… Suresnes. De là à y voir un signe…