Fondation 30 Millions d'Amis

Fondation 30 Millions d'Amis
Faites un donFaire un don

La Ferme des Aubris, un havre de paix pour les équidés maltraités ou abandonnés

Refuge "la Tuilerie" un havre de paix pour les animaux sortis de l'enfer


 €

Votre don ne vous coûte que
XXX après réduction fiscale

Actualités

RDC : le parc de Kahuzi-Biega se réjouit de la naissance d'un bébé gorille

Une naissance porteuse d'espoir, dans un sanctuaire abritant les derniers gorilles des plaines de l'Est, en République démocratique du Congo. ©Parc national congolais de Kahuzi-Biega /Facebook

Le parc national congolais de Kahuzi-Biega (PNKB), plus habitué ces dernières années à déplorer des incursions armées et activités illégales qu'à publier des carnets roses, s'est félicité de la naissance d'un bébé gorille. Un vrai « signe d'espoir », selon son porte-parole.

"Nous avons le plaisir de vous annoncer la naissance d'un nouveau-né de la femelle Mwinja", écrit le parc sur sa page Facebook (13/8/2021). "Nos gardes étaient là et ont capté ce moment d'intimité, le samedi 7 août. Elle avait l'air d'être heureuse de présenter son bébé. Tous les deux sont en très bonne santé", ajoute le faire-part.

Mwinja a déjà eu des bébés, mais c'est son premier né avec Nabirembo, mâle qui a donné son nom à une des deux familles en "habituation" dans le parc, c'est-à-dire habitués à la présence humaine, a précisé à l'AFP Hubert Mulongoy, porte-parole du parc.

Sanctuaire des derniers gorilles des plaines de l'Est

Le parc national congolais de Kahuzi-Biega (PNKB) est un sanctuaire des derniers gorilles des plaines de l'Est (Gorilla beringei graueri), situé dans l'est de la République démocratique du Congo. Dans les années 90, du fait des "guerres récurrentes" et de la présence de multiples groupés armés dans la région, l'Unesco a placé le parc sur la liste des sites du patrimoine mondial en péril, "statut qui lui est encore conféré aujourd'hui", rappelle le PNKB sur son site. Les naissances de bébés gorilles sont donc "un signe d'espoir", a commenté M. Mulongoy, précisant que le nombre de spécimens suivis venait ainsi de passer de 171 à 172.

(Avec AFP)