Fondation 30 Millions d'Amis

Fondation 30 Millions d'Amis
Faites un donFaire un don

La Ferme des Aubris, un havre de paix pour les équidés maltraités ou abandonnés

Refuge "la Tuilerie" un havre de paix pour les animaux sortis de l'enfer


 €

Votre don ne vous coûte que
XXX après réduction fiscale

Débat

La Fondation 30 Millions d’Amis et 49 ONG demandent une réévaluation de la réglementation des animaux dits « nuisibles » !

La présence des mustélidés dans le classement des "espèces susceptibles d'occasionner des dégâts" devrait être réévaluée. ©AdobeStock

50 associations de protection animale, dont la Fondation 30 Millions d’Amis, demandent à la ministre de la Transition écologique et solidaire de réévaluer la réglementation relative aux espèces dites « nuisibles ». Le but ? Sauver des centaines de milliers d’animaux tués chaque année, à l’instar de la Fouine, du Renard ou du Geai des chênes.

« Inéquitable, biaisée et orientée exclusivement vers la destruction ! » A l'initiative de l'association Animal Cross, 50 organisations de protection animale – dont la Fondation 30 Millions d’Amis – alertent sur la réglementation en vigueur relative aux « espèces susceptibles d’occasionner des dégâts » (ESOD). Tous les trois ans, un arrêté ministériel définit, dans chaque département, la liste des espèces – considérées « nuisibles » – qui pourront être détruites quasiment toute l’année selon des méthodes cruelles. Une procédure de classement contestable à maints égards !

La réglementation ignore les services écosystémiques rendus par les espèces dites « nuisibles »

 

Des études scientifiques prouvent le rôle essentiel du renard.

M. Rubin - ASPAS

Ainsi, la réglementation ne prend nullement en compte les services écosystémiques rendus par ces espèces, pourtant démontrés par de nombreuses expertises. Par exemple, l’Association pour la Protection des Animaux Sauvages (ASPAS) affirme disposer « de toutes les études scientifiques qui prouvent le rôle essentiel du renard, notamment pour le monde agricole »Pour Madline Rubin, sa directrice, « si on persiste à le mettre dans ce classement, c’est parce qu’il est un concurrent des chasseurs de faisans et de perdrix ». Idem pour la belette dont l’utilité est incontestable : en se nourrissant de petits rongeurs, elle constitue un rouage essentiel pour la régulation.

Or, depuis la mise en place de la réglementation en vigueur en 2012, l’impact de la destruction, chaque année, de plus d’un million d’animaux appartenant à ces ESOD ne fait l’objet d’aucune évaluation !

Des espèces classées « nuisibles » malgré l’absence de dégâts significatifs et avérés

Certaines espèces sont même définies « susceptibles d’occasionner des dégâts » malgré l’absence de dégradations significatives et avérées ! « Le Geai des chênes ne provoque aucun dégât avéré »s’insurge Yves Verilhac, directeur de la Ligue pour la Protection des Oiseaux (LPO). En revanche, cet oiseau – parce qu'il cache des graines pour se nourrir et en oublie un certain nombre ! – s'avère très utile... au point d'être considéré comme « le premier "forestier" de France » !  De la même manière, les dégâts occasionnés sur les élevages par les belettes, fouines, martres ou putois se révèlent souvent marginaux. « La présence des mustélidés dans ce classement n’a pas lieu d’être, confirme M. Rubin. Un constat d’autant plus déplorable que le putois est classé sur la liste rouge des mammifères menacés en France par l’Union internationale pour la conservation de la nature (UICN).

 

Le Geai des chênes ne provoque aucun dégât avéré.

Y. Verilhac - LPO

Le classement ignore également la possibilité de recourir à des méthodes alternatives aux mises à mort, telles que les moyens de protection, dont l’utilité a déjà été démontrée sur le terrain. Sans oublier le non-respect des règles de composition des "commissions départementales chasse et faune sauvage", chargées de définir les listes d’ESOD . « Leur composition pourrait favoriser les chasseurs et piégeurs, au détriment des représentants de l’intérêt général que sont les représentants d’associations de protection de la nature », déplore de son côté l’association Animal Cross.

Mettre en place un « audit neutre » de la réglementation en vigueur et de son application

Raisons pour lesquelles les organisations signataires ont adressé à la ministre de la Transition écologique et solidaire un courrier visant à mettre en place – d’ici 2022 – l’audit neutre de la réglementation en vigueur et de son application. Malheureusement, aucune réponse n’a été obtenue à ce jour.  D’où la volonté nouvelle de remettre à la ministre Barbara Pompili une pétition demandant la mise en place d’un tel audit. Celle-ci a déjà recueilli plus de 45 000 signatures. « Oui à une évaluation objective de l’efficience de la réglementation et de son application par nos institutions » !

Commenter

  1. Omanie 30/06/2021 à 20:05:30

    Beaucoup, parmi les cultivateurs, souvent chasseurs, ignorent le rôle important dans la chaîne alimentaire du renard qui régule les populations de rongeurs, et sans lesquels les céréaliers auraient de moins bonnes récoltes. Le blaireau dont la population est stable, et dont l'habitat reste caché, fait peu ou pas du tout de dégâts dans les cultures. Pourquoi consider cet animal discret comme nuisible? La façon cruelle dont on tue renards et blaireaux relève du plaisir sadique de tuer, quand va-t-on faire cesser ces abominations?

  2. malitorne 30/06/2021 à 15:12:01

    ce matin, après l'annonce qu'au bout de 5 ans de débats la chasse à la glu était interdite, qui a-t-on entendu de suite, l'affreux "sherk" président des chasseurs criant au loup pour cette interdiction d'une pratique millénaire!!!!! qui n'atteint pas la biodiversité!!!! doux reveurs que vous êtes qui croyez en Mme Pompilli qui n'arrête pas de manger son chapeau et n'a aucune influence, notre président aime les chasseurs, ils auront toujours raison par rapport à nous, et cette année électorale ne sera pas meilleure pour la nature, quand aux élus, dans leur circonscription ils sont amis avec les fédérations de chasse, donc..... même les études montrant l'effondrement des espèces communes sur le territoire n'inquiètent pas nos élus, croyez-vous que le Bd St Germain soit attentif à nos campagnes!!!!

  3. nous pour eux 30/06/2021 à 13:41:19

     

    Comme le dit ANNEV plus bas ! Ne demandez pas cela aux élus actuels ET OUI ils préfèrent ceux qui les chassent ! Quant aux prochains élus, si c'est X. Bertrand, alias Macron bis, il faudra continuer à pester !!!!!!!!!! Tout ce qui les intéresse c'est le FRIC rien de plus..... Mais vous La fondation 30 millions d'Amis et les 49 ONG merci pour ce que vous faites ne lâchez rien pour votre demande sur une réévaluation de la réglementation des animaux dits "Nuisibles". L’Homme lui-même n’est-il pas le premier à faire des dégâts et le premier NUISIBLE ????

     

  4. AID 30/06/2021 à 13:28:32

    la seule espèce nuisible et qui pullule estt l'espece humaine...

  5. moussette62 30/06/2021 à 10:46:23

    La règlementation ne tient pas compte des études scientifiques qui montrent le rôle UTILE de certaines espèces comme le renard. Qui fait la règlementation ? Pourquoi on ne tient pas compte de la réalité ? Les élus qui légifèrent feraient mieux d'en tenir compte plutôt que demander l'avis des chasseurs dont on sait très bien qu'ils ne sont pas objectits !

  6. AnneV 28/06/2021 à 18:38:35

    Ne demandez pas cela aux élus actuels = ils préfèrent ceux qui les chassent ! Quant aux prochains élus, si c'est X. Bertrand, alias Macron bis, il faudra continuer à pester !!!!!!!!!!