Fondation 30 Millions d'Amis

Fondation 30 Millions d'Amis
Faites un donFaire un don

Refuge "la Tuilerie" un havre de paix pour les animaux sortis de l'enfer


 €

Votre don ne vous coûte que
XXX après réduction fiscale

Coup de coeur

Un lien extraordinaire s'est créé entre une renarde et un photographe animalier

Depuis l'été 2018, le photographe et la renarde partagent chaque jour des moments de complicité uniques ! ©Bruno-Gilles Liebgott

A 49 ans, Bruno-Gilles Liebgott vit aujourd'hui une expérience rare ! Depuis bientôt 2 ans, il côtoie quotidiennement une renarde qu'il a baptisée Fifine. Le photographe animalier a confié à 30millionsdamis.fr son histoire atypique et... magique !

« Je ne suis pour toi qu'un renard semblable à cent mille renards. Mais, si tu m'apprivoises, nous aurons besoin l'un de l'autre. Je serai pour toi unique au monde. Tu seras pour moi unique au monde... » (Antoine de Saint-Exupéry, Le Petit Prince, 1943). C'est ce que Fifine aurait pu murmurer à l'oreille de Bruno-Gilles Liebgott, le jour de leur rencontre. Car aussi extraordinaire que cela soit, ce quadragénaire, photographe animalier, a tissé une relation unique avec une petite renarde sauvage... Une expérience exceptionnelle qui trouve sa source dans le parcours de vie de ce Lorrain d'origine, fasciné par la vie sauvage depuis son plus jeune âge.

Âgés de deux mois, Fifine (à droite) et son frère Goupillon échangent un moment de tendresse. ©Bruno-Gilles Liebgott

A 13 ans, il immortalise pour la première fois un animal sauvage : un chevreuil, aussi doux que majestueux. « Ce gracieux et délicat cervidé a déclenché mon désir de créativité. J'avais trouvé le moyen pour conserver des souvenirs de mes entrevues avec les animaux sauvages. J'en ai fait ma vocation ». Pendant vingt ans, B-G. Liebgott a parcouru le monde (Afrique, Alaska, Floride, Danemark, Bavière, Ecosse...) pour photographier un florilège d'espèces : de la fourmi à l'éléphant d'Afrique, en passant par les plus grands prédateurs. Aujourd'hui, la faune des forêts française est au cœur de son travail qu'il partage par le biais d'expositions, de conférences, d'articles de presse et de reportages.

« Les larmes ont embué mes yeux alors que je vivais l'impensable ! »

 

Fifine est à la fois une amie, une complice, une messagère, une source d'inspiration.

Bruno-Gilles Liebgott - Photographe animalier

 Parmi toutes ces espèces, l'une d'elle le fascine particulièrement depuis son enfance : le goupil. « Être ami avec un renard ; quelle belle aventure cela doit être, imagine-t-il à l'âge de dix ans. Je désirais profondément cette amitiéJ'ai toujours gardé en moi l'illusion d'un possible accomplissement ». Quarante ans et d'innombrables heures d'affût plus tard, le rêve devient réalité : « Un jour il y a eu Fifine, la belle renarde, qui est devenue mon amie sauvage » ! Le 10 juillet 2018, la petite renarde âgée d'à peine trois mois s'approche du photographe dont elle renifle le matériel qui dépassait légèrement des broussailles. Un contact qu'elle renouvelle chaque jour plus intensément ! « Un mois plus tard, la jeune renarde contourne la haie où j'étais posté pour me rejoindre à l'intérieur et s'arrête à un mètre de moi, se remémore avec précision B-G. Liebgott. J'ai pris alors la décision d'enlever ma cagoule de camouflage pour me montrer à visage découvert et je lui ai tendu la main qu'elle a reniflée. Nous avons échangé des regards pendant de longues minutes. Les larmes ont embué mes yeux en réalisant que j'étais en train de vivre l'impensable ».

Il arrive souvent que Fifine, apaisée, s'endorme profondément auprès du photographe. ©Bruno-Gilles Liebgott

Depuis cet été féérique, il ne se passe quasiment pas un jour sans que les deux compères se côtoient. Au fil du temps, tous deux ont bâti une relation de confiance remarquable. La renarde a appris à reconnaître la voix, l'odeur et les pas du photographe, tandis que ce dernier a eu le privilège de la suivre plusieurs jours lorsqu'elle délimitait son territoire vital. Que ce soit lors d'aventures auprès d'autres animaux sauvages ou lors d'instants plus calmes à deux, leur amitié n'a cessé de s'épanouir... à tel point que Fifine lui a présenté son unique renardeau, baptisé Foxy ! « Quand elle me regarde, il y a beaucoup de douceur dans ses yeux. Jamais la moindre trace d'agressivité, s'émerveille Bruno-Gilles. En ma présence, elle est rassurée et sereine. Elle est à la fois une amie, une complice, une messagère, une source d'inspiration et un passionnant sujet d'étude ».

Un accord tacite avec certains chasseurs pour protéger les renards

 

 Il est temps que le renard soit inscrit sur la liste des espèces protégées.

Bruno-Gilles Liebgott

Progressivement conscients de la sensibilité des renards, comme de leur rôle écologique, les chasseurs du secteur ont accepté de préserver Fifine et ses congénères. « Le dialogue a été positif dès le départ. Ils tiennent compte de mes arguments, de mon expérience et de mes connaissances approfondies sur le renard qu'ils ne possèdent pas », assure B-G. Liebgott qui déplore le massacre du goupil dans l'hexagone. En effet, 600 000 renards sont tués chaque année en France, selon l'Association pour la protection des animaux sauvages (ASPAS)... en toute « légalité » ! Parce qu'ils sont jugés nuisibles, la réglementation nationale autorise leur destruction par tir, - sur autorisation préfectorale - piégeage ou déterrage. Pourtant, en se nourrissant de petits rongeurs, le goupil protège les cultures et freine la propagation de la maladie de Lyme. « Abattre des renards est une absurdité, une hérésie, un non-sens, fustige le photographe. Ils n'ont pas besoin des Hommes car ils s'autorégulent seuls. Là où il n'y a pas de chasse, il n'y a pas de surpopulation, c'est scientifiquement prouvé, et la maladie de Lyme décline. Il est grand temps que le renard soit reconnu comme un des auxiliaires les plus précieux pour l'équilibre des milieux naturelsIl est grand temps que le renard soit inscrit sur la liste des espèces animales protégées ».

Plus largement, c'est la vie sauvage qui se régule seule. « Plus l'Homme intervient dans la nature, plus il créé des déséquilibres. S'il  venait à disparaître de cette planète - et qu'il n'y ait donc plus de chasseurs - la nature n'attendrait pas qu'une nouvelle espèce d'hominidé apparaisse pour assurer l'équilibre, tance Bruno-Gilles. Elle n'en a jamais eu besoin, car elle est capable de se débrouiller seule comme elle l'a toujours fait, avec un savoir-faire inimitable ».

Fifine et les siens n'ont rien à craindre dans leur domaine vital : les chasseurs se sont engagés à les laisser en paix. ©Bruno-Gilles Liebgott

« Sans la nature, nous ne sommes rien »

Selon le photographe, l'acharnement dont la faune sauvage fait l'objet est lié au manque de connaissance à son égard : « Il manque à notre gouvernement des ministres sensibilisés à la nature, qui comprennent les enjeux de la préservation des écosystèmes naturels et de leurs hôtes, bénéfiques à nos existences, déplore B-G. Liebgott. Et plus encore, l'éducation à la nature devrait faire partie de tous les programmes scolaires. Car sans la nature, nous ne sommes rien. Et elle aura toujours le dernier mot ».

Pour son métier, le photographe veille à pénétrer ce monde sauvage avec le plus grand respect : « Je désire avant tout être en osmose à tout ce qui m'entoure, en cueillir des émotions et de douces vibrations... avant même de songer aux besoins de l'image ». L'art de la photographie n'en est pas moins précieux et utile : en montrant la beauté de la nature, il permet de sensibiliser le public à sa protection. « Plus une image est belle, plus elle a de chance d'interpeller celui qui la regarde, et par delà, de l'inviter à protéger la nature comme quelque chose d'infiniment précieux, confie ce passionné. Chaque espèce a un rôle indéniable à jouer. Le bon fonctionnement des écosystèmes dépend de chacun d'eux. Et cela ne peut se faire qu'à la condition de les laisser vivre ». 

Commenter

  1. nous pour eux 26/08/2020 à 14:29:04

    Que du bonheur ! Merci pour cet article et merci à ce photographe car si ses larmes ont embué ses yeux c'est bien qu'il vivait l'impensable... Bien à vous

     

  2. nathvds 18/08/2020 à 20:28:38

    Les photographies animaliers sont de très bons ambassadeurs de la faune sauvage. Merci pour cette belle histoire.

  3. pouguy 08/05/2020 à 18:31:26

    il y a certaines personnes qui ont des dons pour approcher les animaux sauvages, et c'est bien.

  4. Krys35 07/05/2020 à 21:07:19

    Enfin une belle histoire qui fait du bien au moral contrairement aux récits d'horreur qu'on peut lire. Les renards ne sont pas des nuisibles : ils ont le droit de vivre. Longue vie à la superbe Fifine 

  5. Gryffondore 07/05/2020 à 15:37:43

    La plupart des personnes qui arrivent au gouvernement n'ont aucune conscience de ce que la nature fait et ne la respectent pas. Par contre, ils ont une grande conscience que les chasseurs peuvent voter pour eux et prennent des mesures dans ce sens (cadeaux aux chasseurs, allongement de la période de chasse, animaux classés nuisibles alors qu'il n'y en a qu'un seul qui est nuisible... l'être humain). Cela changera quand le peuple votera intelligemment. Très belle histoire et belles images d'une renarde magnifique.

  6. Bandy86 07/05/2020 à 09:50:44

    C'est une très belle histoire, une complicité entre une renarde et l'homme ..... mais ce n'est pas unique .....

    Sur le parking du port maritime conteneur du Havre, il y a aussi un renard qui vient chercher à manger auprès des routiers, il est abitué, a pris confiance et si vous êtes patient il approche très très près.

    J'ai pour habitude de m'assoir juste devant mon camion avec de la nourriture et avec beaucoup de patience, il arrive à 1 mètre de moi, il n'est pas méchant du tout, ce n'est que du bonheur. Je lui parle mais je ne cherche pas à le toucher, peut être qu'un jour il sera encore plus près..... j'éspère !!

  7. Juso 07/05/2020 à 03:11:08

    Comme ça fait du bien de lire une si belle histoire, j’en ai les larmes aux yeux...

    Je souhaite à Fifine et aux siens ainsi qu’a son ami photographe de belles années d’Amitié.

  8. nous pour eux 06/05/2020 à 21:41:17

    C'est magnifique quelle belle histoire. Comme quoi les renard ne sont pas de nuisibles longue vie à cette renarde.

  9. DADOUNETTE 06/05/2020 à 15:59:31

    Merci Bruno-Gilles de nous faire partager un peu de l'intelligence et de l'amour de Fifine, et des renards en général.

    Ce sont des êtres si doux, si peureux... Vous avez une magnifique relation avec elle et, j'ose le dire, je vous envie !!!

    Dans mon petit "verger" (600 m²), j'ai moi-même des "sdf" et des portées depuis l'insertion d'un lotissement derrière... Et le soir, j'ai parfois une petite tête qui se montre furtivement à la porte-fenêtre quand il y a pénurie de croquettes !!!

    Vos photos sont magiques.

    Bravo et merci.

  10. Christian.galliano@wanadoo.fr 06/05/2020 à 14:33:04

    C'est bien ce qui prouve que les renards n'ont rien de nuisibles, les animaux ont un vrai cœur, mais malheureusement cette brave renarde sera t'elle peut-être abattue un jour par des chasseurs, sur arrêté  préfectoral qui  donnent le droit aux chasseurs de tuer tout ce bougent dans nos forêts et nos campagnes .......un grand merci à  tous nos préfets, a notre ministre de l'agriculture et à notre  ministres de l'écologie qui ne cessent de signer des arrêtés pour tuer   tous ces petits êtres sans défenses