Fondation 30 Millions d'Amis

Fondation 30 Millions d'Amis
Faites un donFaire un don

Refuge "la Tuilerie" un havre de paix pour les animaux sortis de l'enfer


 €

Votre don ne vous coûte que
XXX après réduction fiscale

Débat

Cellule Demeter : 130 chercheurs s'alarment de la tentative du gouvernement de museler les lanceurs d’alerte

La cellule Demeter pourrait représenter un frein considérable à la prise de conscience générale sur le sort des animaux d’élevage. / ©Adobe Stock

130 chercheurs lancent un appel à la ministre de la Justice, Nicole Belloubet, afin de demander une plus grande protection des lanceurs d’alerte sur la question de la protection animale. En cause : la nouvelle cellule ayant pour mission affichée de "défendre les agriculteurs" contre les intrusions dans les élevages... La Fondation 30 Millions d’Amis - reconnue d'Utilité publique - s'inquiète face à cette tentative de museler le combat des ONG pour le bien-être animal.

Un avant... et un après ! Depuis 2015 et la reconnaissance par le législateur de la sensibilité des animaux dans le Code civil grâce à la Fondation 30 Millions d'Amis, jamais les images révélées par les lanceurs d'alerte - relayées en masse par les associations de protection animale et les médias - n'ont eu cet incroyable écho au sein de la société. Tournées dans des établissements ou des structures peu enclines à respecter le bien-être animal, elles permettent de révéler nombre de dérives et d’informer, notamment sur les abus de l’élevage industriel. Des actions citoyennes qui ont fait leurs preuves en permettant à la justice de condamner certaines infractions à la réglementation, au public de connaître l'envers du décor et à toute une filière de remettre en cause ces pratiques. 

L'influence grandissante du lobby agricole

Pourtant, le ministre de l’Intérieur, Christophe Castaner, a mis en place fin 2019 une unité intitulée « Demeter ». Cette branche de la Gendarmerie nationale a pour mission de protéger les agriculteurs contre les « intrusions, dégradations et vols commis contre leur activité. » Problème : les vidéos tournées à l’intérieur au sein de l’Elevage Industriel sont également visées !  C’est pour protester contre cette tentative de museler les lanceurs d’alertes que 130 chercheurs ont lancé un appel à la ministre de la Justice, Nicole Belloubet. Initiée par Romain Espinosa, chercheur en économie au Centre national de la recherche scientifique (CNRS), cette mobilisation pointe « l’influence grandissante des lobbies dans les décisions publiques [qui] prend depuis quelque temps une dimension préoccupante pour notre démocratie », selon leurs auteurs.

Le sort des animaux relève de l'intérêt général

Pour le collectif, clouer ainsi les lanceurs d’alerte au pilori sous couvert de combattre un prétendu agri-bashing de mise, cher au ministre de l’Agriculture Didier Guillaume, revient donc à priver la population d’une véritable source d’information. « Mettre dans le même sac les vols et les dégradations, qui sont déjà condamnés, avec les vidéos tournées dans ces lieux est très problématique, s’alarme la philosophe Florence Burgat, directrice de recherche à l’Institut national de la recherche agronomique (INRAE) et l’une des premières signataires de l’appel. Or, savoir la manière dont les animaux sont traités relève de l’intérêt général. S’il n’y a plus de lanceurs d’alerte alors, nous aussi chercheurs, sommes privés d’une information primordiale. »

Confiscation du débat public

 

Pourquoi la société n’aurait-elle pas le droit de savoir ?   
Florence Burgat, philosophe

Créée sous l’impulsion de la Fédération nationale des syndicats d’exploitants agricoles (FNSEA), la cellule Demeter porte directement atteinte au combat des organisations de protection animale. « Le fait de savoir ce qu’il se passe derrière des enceintes où des êtres vivants doués de sensibilité sont parfois maltraités est fondamental, tance Florence Burgat. Pourquoi la société n’aurait-elle pas le droit de savoir ? Dans une démocratie, cela représente un véritable problème. Quand la Fondation 30 Millions d’Amis intervient pour sauver des animaux maltraités, c’est bien parce quelqu’un le-lui a signalé. »

Cette « confiscation du débat public », comme le décrit Romain Espinosa, pourrait ainsi représenter un frein considérable à la prise de conscience générale sur le sort des animaux en général, et d’élevage en particulier. 

Selon le dernier baromètre "Les Français et le bien-être animal" de la Fondation 30 Millions d'Amis mené par l'Ifop (janvier 2020), 70% des Français estiment que les politiques "défendent mal les animaux". De telles mesures comme la cellule Demeter ne seront pas de nature à inverser cette tendance.

Commenter

  1. caty mansouri 23/02/2020 à 17:32:15

    Cette cellule Demeter est un pacte entre le ministère de l'intérieur, la FNSEA, les JA et le lobby de la chasse bien sûr. C'est un comble car on utilise de l'argent public ( mobilisation de la Gendarmerie ) au profit de syndicats privés. Ce système permet de surveiller, de ficher "S" et d'interpeller des militants et des sympathisants des mouvements de protection de la nature, de l'environnement et des animaux. De plus, ils ont revu à la hausse les peines pécuniaires et d'emprisonnement !!! A gerber !!!

  2. nathalie.contact@gmail.com 07/02/2020 à 19:19:16

    la pourriture qui grangrène notre société se trouve sur les bancs du gouvernement, qui loin de se préoccuper des citoyens, rampent devant les lobbies assassins et pollueurs. Il est temps de révolutionner ces têtes mal pensantes et nuisibles, tant pour les homo-sapiens que pour les non-humains et l'environnement. Il est urgent de faire tomber ces têtes inutiles et toxiques qui nous assassinent chaque jour un peu plus. [***]. Ce qu'ils imposent à tous n'est ni plus ni moins qu'un crime contre le vivant. Avec ces vermines et leurs serviteurs étatiques, l'enfer est ici et maintenant. Le spécisme humain est une abomination diabolique.

  3. liberterre 07/02/2020 à 00:51:58

    Si les murs des abattoirs étaient transparents, si ceux des élevages l'étaient également, plus aucun humain ne consommerait de viande. Je ne connaîtrai jamais ce bonheur. Hélas...

    BOUCHERIE ABOLITION ✊

  4. pouguy 06/02/2020 à 18:22:55

    il n'y aurait pas ces lanceurs d'allertes, on ne se serait jamais occuper de bien etre animal et surtout dans les élevages itensifs. le pognon est roi, on paie les politiques pour qu'ils ferment les yeux, c'est honteux

  5. camisha 06/02/2020 à 17:19:14

    La France Pays de la démocratie!!!!! liberté de parole!!! Oh!!! Vraiment!!!!! j'ais comme un doute.

  6. nous pour eux 06/02/2020 à 14:02:54

    Un dicton dit "qui n'aime pas les bêtes n'aime pas les gens", on en a la preuve avec notre gouvernement qui ne font rien pour le peuple ou alors très peu pour se pavaner....  Toutefois qu'on ne touche pas à leur bien être à leurs fortunes tous leurs avantages etc....Le reste ils s'en foutent

     

  7. jo benchetrit 06/02/2020 à 09:19:54

    Bien sûr, les politiques sont en majorité narcissiques. L'intérêt général comme l'intérêt des animaux ne les passionnent pas assez,,sauf exception . Mais le gouvernement de Macron a le prix d'honneur, ou d'horreur de ce qui se fait de pire pour les animaux. L'agribashing n'a rien d'injuste. Les éleveurs et tueurs dans leur majorité sont immondes avec les animaux. Déjà, les conditions de vie sont contraires à la loi qui impose qu'elles soient conformes aux besoins de l'espèce mais il y a du sadisme. Les lanceurs d'alerte sont indispensables y compris dans la recherche et d'autres secteurs où on s'occupe d'animaux, y compris les refuges et fourrières. Les abus avec les animaux sont partout. 

     

  8. danydan 05/02/2020 à 17:08:59

    avec un président pro chasse , et des ministres pro corridas Il ne faut rien attendre de ce gouvernement, plus inhumains et incompétents qu'eux, difficile de trouver .Ils en ont des choses , et des méthodes  d'élevage pas très conventionnels a se reprocher les éleveurs , couverts par la FNSEA , pour deposer des plaintes qui ont déclencher la cellule Demeter appuyé bien entendu par le ministre de l'agriculture ,( le pire qu'on ait eu ) les Francais , enfin les mangeurs de viande  , veulent savoir ce qu'ils ont dans l'assiette et ceux qui respectent les animaux veulent savoir comment les animaux sont traités !!! c'est normal , les lançeurs d'alertes sont absolument indispensables si ce n'est que pour obtenir un peu d'ordre dans ces élevages démesurés ou les animaux bien portants cohabitent avec ceux qui meurent , et dans ces abattoirs malsains ou les employés passent leurs nerfs et se défoulent de manière horrible sur les animaux ce qui se passe en France est un véritable scandale , et les animaux payent le prix fort !! ces gens du gouvernement oublient que les Français veulent de la transparence ,, et non pas les actes cachés d'une société rétrograde , rustre , et primitive , pour un pays qui se prétends moderne comme la France , force est de constater que beaucoup de pays européens et d'autre font beaucoup mieux concernant les animaux !!!! on vit dans un pays ou le Français n'a plus le droit de s'exprimer, ni même de savoir, avec une politique  totalitaire et des politiciens tyranniques et arbitraires qui n'écoutent pas les Français .ALORS NON A LA CELULLE DEMETER   

  9. Bandy86 05/02/2020 à 16:25:18

    S'il n'y a plus les lanceurs d'alertes, que vont devenir les animaux qui comptent sur nous pour les secourir. Les agriculteurs, élevages ont sans doute bien des choses à cacher pour interdire les lanceurs d'alerte.

    On voit encore une fois de plus que notre gouvernement n'a rien à faire de la souffrance animal, la porte est ouverte à toute maltraitance que ce soit.

    Je déteste ce gouvernement et tous ceux qui leur ressemble, quel genre de Français sommes nous devenus !!!

  10. Urushi 05/02/2020 à 15:24:10

    Il sera dit que ce gouvernement soit le plus misérable de tous les temps et surtout les femmes qui sont pires que les hommes. Elles n'ont aucune humanité et réflexion - elles ne pensent qu'à leurs fanfreluches physiques. Elles oublient tout simplement qu'elles aussi sont des animaux, et de la pire espèces qui assouvient et qui tuent pour leur simple plaisir.