Fondation 30 Millions d'Amis

Fondation 30 Millions d'Amis
Faites un donFaire un don

 €

Votre don ne vous coûte que
XXX après réduction fiscale

Législation

La campagne de la Fondation 30 Millions d’Amis contre les abandons crée un sursaut parlementaire !

La campagne de sensibilisation de la Fondation 30 Millions d'Amis contre les abandons d'animaux (plus de 10 millions de vues) a créé un véritable électrochoc dans l'opinion publique et chez certains politiques. ©Richard Ying & Tangui Morlier

La France, championne d’Europe de l’abandon ! Ce palmarès de la honte dénoncé par la Fondation 30 Millions d’Amis dans sa dernière campagne de sensibilisation a suscité l’émoi dans les rangs de l’Assemblée nationale et du Sénat. 240 parlementaires promettent une proposition de loi pour « en finir avec les abandons d’animaux ».

« Nous, parlementaires sensibles à la condition animale, devons prendre notre part de responsabilité et nous mobiliser. C'est pourquoi nous nous engageons à déposer une proposition de loi pour en finir avec ces abandons massifs, indignes d'une société civilisée et de notre pays ». Tel est l’objectif ambitieux à l’initiative du député LREM Loïc Dombreval et du sénateur LR Arnaud Bazin, porté par 238 autres parlementaires de tous bords politiques.

La dernière campagne de la Fondation 30 Millions d’Amis contre les abandons – dont le film totalise déjà plus de 10 millions de vues – a créé un électrochoc, la France détenant le triste record du nombre d’abandons en Europe avec 100 000 victimes chaque année. Plusieurs milliers de chiens, de chats, mais aussi de lapins et d’autres NAC (nouveaux animaux de compagnie) délaissés, qui finissent dans les refuges… quand ils ne meurent pas de faim et de soif. « Notre objectif était de provoquer un véritable sursaut national ! déclare Reha Hutin, Présidente de la Fondation 30 Millions d’Amis. Les pouvoirs publics semblent enfin prendre la mesure de l’enjeu et s’emparer de ce fléau en assumant leurs responsabilités. Notre travail de sensibilisation pourrait enfin porter ses fruits. »

 

Une « moralisation du commerce des animaux »

Dans leur tribune (Le JDD, 29/06/2019), les élus recommandent une « moralisation du commerce des animaux », soulignant que « la présence d'animaux en vente dans des rayons et les facilités de paiement proposées les assimilent à des biens de consommation et génèrent des achats irréfléchis qui favorisent l'abandon ». Ils proposent d’interdire les transactions sur les animaux sur toutes les plateformes de vente en ligne, et d’obliger les organismes de vente d'animaux de compagnie à « informer leurs clients des risques encourus en cas d'abandon ou de maltraitance ».

Les députés et sénateurs suggèrent également d’imposer la stérilisation des chats « afin d'éviter les abandons de portées et la multiplication des îlots de chats errants », tout en déplorant « l’inefficacité » de l'identification obligatoire des chiens et des chats – due selon eux à une absence de sanction prévue et à un « déficit de contrôle ». « On constate que plus de 75 % des chiens sont identifiés, alors que moins de la moitié des chats le sont », confirme en effet par voie de communiqué la société I-CAD, qui gère le fichier national d’identification des carnivores domestiques.

Sensibiliser les enfants

 

Sur l'abandon comme sur d’autres sujets majeurs de protection animale, une véritable volonté politique s'impose !
Reha Hutin

Dans une perspective plus large, les parlementaires s’attaquent à la façon dont les animaux sont perçus et intégrés dans la société française, affirmant que « les programmes scolaires en classes primaires doivent sensibiliser les enfants à leur responsabilité envers les animaux », et suggérant que « les établissements chargés de l'accueil des personnes âgées ou dépendantes acceptent le résident accompagné de son animal ».

La Fondation 30 Millions d’Amis, qui se réjouit de cette prise de conscience (tardive !) de la part du politique, attend qu’elle soit suivie d’effets : « Ce signal envoyé par la représentation nationale est de bon augure. Notons toutefois que sur l'ensemble des parlementaires, seule une très petite minorité se mobilise. Et silence radio du côté du gouvernement et des ministres concernés…  Dans ce domaine comme sur d’autres sujets majeurs de protection animale, une véritable volonté politique manque », conclut Reha Hutin.

Tout au long de l’année, la Fondation 30 Millions d’Amis, reconnue d’utilité publique, accompagne les maîtres dans la préparation des vacances et jusque sur leur lieu de villégiature, grâce à sa plateforme digitale nosvacancesentreamis.com et à l’application 30 Millions d’Amis Vacances. Des solutions pratiques pour ne jamais se séparer de son animal.

Commenter

  1. BABABIBI 07/07/2019 à 11:17:18

    Les abandons d'animaux dont nous sommes les champions (triste) sont le résultat d'une société à la dérive dans bon nombre de domaines.

    A ce titre les politiques eux-mêmes ne sont pas des modèles, loin s'en faut !

    En aucun cas, l'animal ne doit être une contrainte.

  2. misutchi@hotmail.fr 03/07/2019 à 22:47:55

    C'est peut etre un pas pour la cause animale, mais oû est notre gouvernement pour interdire le transport d'animaux destinés  à la boucherie en cas de canicule ???! Sans parler des lobys pro-chasse qui sont amis avec notre cher president !!! Non, j'ai bien peur que tous cela n'est que de la poudre aux yeux !!!

  3. humanimal31 03/07/2019 à 20:48:02

    BJR A TOUS. C'est bien les lois ,mais appliquez les et faites tomber les sanctions sur les contrevenants!!Je suis très heureux de l'impact de votre petit film sur les députés et parlementaires ,mais iront ils jusqu'au bout et meme plus loin dans l'amélioration de la condition animale,et surtout,est ce que c'est vraiment eux qui décident?!! Je reprendrai là les mots de Martin Luther King: "I HAVE A DREAM"!!!      A bientot

  4. venus91 03/07/2019 à 18:06:44

    Pour que les personnes âgées puissent être acceptées avec leur animal, c'est bien, mais il faudrait peut-être aussi favoriser l'accueil des animaux, sur les plages, dans les campings, dans les restaurants, locations etc. Bien souvent les maires des stations balnéaires prennent des arrêtés pour interdire les animaux sur les plages, pourquoi de quel droit ils font cela, nos animaux, ont droit aussi à leurs vacances et un peu de liberté la truffe au vent !... il faut arrêter l'hypocrisie, et commençons par faire changer les lois sur l'accueil des animaux et des maîtres, tout ceci pour dire que les gens avant avant de prendre des animaux feraient bien de réfléchir aux conséquences, un animal c'est entre 10 et 15 ans d'amour réciproque, mais aussi de servitude, pour ma part j'en ai trois, inutile de vous dire que je ne pars pas en vacances, il faut savoir ce que l'on veut, ils font partie de ma vie et c'est jusqu'à la fin que je les accompagne et je n'ai aucun regret, car chaque jour ils m'apportent beaucoup d'amour et moi en échange, je prends bien soin d'eux....

  5. nanou2017 03/07/2019 à 15:43:32

    Il existe déjà toutes les lois qui protègent les animaux dans le code pénal, encore faut-il qu'elles soient appliquées. On peut faire toutes les lois du monde, ça ne sert à rien si les coupables ne sont pas sanctionnés.

    Comme pour les victimes humaines, la justice qui sanctionne les personnes coupables de maltraitance ou d'abandon est une plaisanterie, enfin, pour ceux qui sont sanctionnés...

  6. npagnard@gmail.com 03/07/2019 à 15:34:36

    Il faut être bien naifs pour croire que les politiques vont enfin se préoccuper sérieusement du sort des animaux. Ils s'en foutent tout simplement et c'est honteux !

  7. murgod@outlook.com 03/07/2019 à 14:36:44

    Ouf! Tout de même!

  8. invariant 03/07/2019 à 13:21:49

    Ah ces chers politiciens ! toujours prompts à coller à l'actualité....même sans le savoir.

    Et oui la loi GRAMMONT première loi d'importance en faveur de la protection animale fut votée le 2 juillet 1850.

    On ne peut pas dire que les choses avancent vite : le fameux train de sénateur sans doute ,qui a déteint sur l'Assemblée Nationale.

  9. runaway 03/07/2019 à 11:05:50

    Que du blabla pour nous attraper dans leur filet électoraliste. Ce gouvernement ne flatte que les chasseurs qui pour le coup deviennent des bienfaiteurs de l'humanité, soucieux du bien-être animal et amis de la nature !

    Que du pipeau... alors que dans d'autres pays européens (pays du nord en majorité) il y a des lois concrètes et des avancées réelles.

    Il n'y a qu'à voir le nombre d'établissements qui refusent les animaux (ou font payer leur hébergement au prix de l'or...), les stations services et aires de repos interdites, les maisons de retraite, les magasins, les parcs... bref tout ce qui pourrait rendre la vie plus facile aux maîtres est un vrai parcours du combattant chez nous !

  10. m.amelie 03/07/2019 à 09:32:07

    Quand vraiment il y aura eu des sanctions exemplaires telles qu'elles sont décrites dans la loi, alors j'y croirai.

    Pour moi c'est encore du blablabla pour calmer les esprits. Nos parlementaires n'en ont rien à faire de nos boules de poils.

    Ce n'est pas avec un rappel à la loi et de la prison avec sursis que ceux qui abandonnent leurs petites bêtes,  les tortionnaires et assassins d'animaux cesseront leurs actes vils.