Fondation 30 Millions d'Amis

Fondation 30 Millions d'Amis
Faites un donFaire un don

 €

Votre don ne vous coûte que
XXX après réduction fiscale

Maltraitance

Des orangs outans arrachés à leur mère utilisés comme animaux de compagnie

Joy vivait dans une cage en bois et servait d'animal de compagnie / ©IAR

Victimes d’un phénomène de mode en Indonésie qui fait de ces singes un animal de compagnie, les orangs outans sont menacés par le braconnage. Récemment, deux jeunes primates de l’espèce ont été retrouvés enfermés dans des petites cages en bois, sur l’île de Bornéo (19/03/2018). Ils ont été sauvés par une association locale de protection animale que 30millionsdamis.fr a contactée.

Le sauvetage de Joy et Utu témoigne de l’extrême précarité dans laquelle vivent les orangs outans sur l’île de Bornéo… Ces deux jeunes primates ont été retrouvés dans des cages en bois minuscules chez deux « propriétaires » différents, dans le district du Ketapang (19/03/2018). « Joy était conservée tel un animal de compagnie pendant des années, rapporte l’association International Animal Rescue qui a organisé l’intervention. Elle a été achetée 21 dollars par un chasseur. Elle vivait dans une cage d’1m50 par 1 mètre. Quant à Utu, il vivait dans les mêmes conditions et a vu sa mère se faire tuer pour être mangée. »

Arrachés à leur mère… tuée par des chasseurs

« Il y a de fortes probabilités que la mère de Joy ait aussi été tuée par un chasseur, regrette le Docteur Adi Irawan, vétérinaire de l’association IAR. Les jeunes orangs outans restent généralement avec leur mère jusqu’à 6 à 8 ans. S’il on en trouve un qui a moins de 6 ans, c’est souvent un orphelin. » S’il est bien illégal de détenir des orangs outans en Indonésie, le cas de Joy et Utu n’est malheureusement pas un exemple isolé et a des conséquences fâcheuses : « Ceux qui achètent des orangs outans encouragent le trafic, s’emporte le Dr Irawan. Et si le trafic continue, la chasse va continuer… »

Comme le jeune Utu, de nombreux orangs outans sont capturés et enfermés dans des conditions déplorables / ©IAR

Utu et Joy, ne seront relâchés que dans quelques années dans la nature, le temps d’apprendre à se débrouiller seuls. Leurs anciens « propriétaires » ne devraient être poursuivis en justice, la priorité des autorités étant de faire de la prévention face à des personnes qui, pour beaucoup, ignorent que c'est illégal.

La population d’orangs outans a diminué de moitié

Depuis quelques années, avoir un orang outan comme animal de compagnie en Indonésie est devenu un véritable phénomène de mode et un moyen d’asseoir son statut social… Plus de 1 000 spécimens seraient extraits de leur habitat naturel chaque année, selon l'organisation Borneo Orangutan Survival (BOS). Et ce chiffre n'est qu'une estimation basse. Sur l’île de Bornéo, la population d’orangs outans a diminué de moitié depuis 1999, 150 000 singes ayant disparu !

Partagez cette actu sur Facebook, Twitter et Google+

 

L’orang-outan est peu agressif. Face à l’homme, il est vulnérable. Chanee, Kalaweit

« La cause principale n’est autre que la déforestation pour la production d’huile de palme », explique Aurélien Brulé, alias Chanee. Ces singes ont de moins en moins d’espace et il est donc plus facile de capturer les jeunes pour les braconniers de les revendre localement et ainsi gagner quelques dollars. De plus, l’orang-outan est peu agressif. Face à l’homme, il est généralement sans défense et donc vulnérable, confie le jeune français. Malheureusement, des histoires comme celle de Utu et Joy, il y en a tous les jours ! Mais les orangs outans ne sont pas les seuls concernés, toutes les espèces sont en danger. »

Chanee sait de quoi il parle, lui qui voue sa vie au sauvetage des gibbons, une espèce également victime du braconnage et de la déforestation. Son association Kalaweit, implantée à Bornéo, œuvre pour la sauvegarde des primates de l’île ; elle est également devenue le plus important centre de sauvetage de gibbons dans le monde. La Fondation 30 Millions d’Amis lui a récemment renouvelé son soutien pour un montant de 30 000 euros qui permettra à l'association d'étendre son sanctuaire en achetant des hectares de forêts supplémentaires pour y placer ses protégés en toute sécurité.

Commenter

  1. pouguy 08/04/2018 à 17:31:42

    les phénomènes de mode nous font faire n'importe quoi, un orang outang n'est pas une pelluche mais un animal sauvage qui vie en pleine nature, alors fouttons leur la paix et laissons les vivre dignement et les petits avec leurs parents. dans le monde il y a des associations, et bien qu'elles donnent des pelluches à ces gens au lieu de prendre des singes et en plus des bébés non sevrés

  2. rabeh02034194 03/04/2018 à 15:40:59

    ARRETEZ de prendre des animaux sauvages pour des animaux domestiques, franchement vous aimeriez qu'on vous mette en cage et qu'on vous prive de votre liberté ?????????, A MEDITER SERIEUSEMENT!!

  3. rabeh02034194 03/04/2018 à 15:40:50

    ARRETEZ de prendre des animaux sauvages pour des animaux domestiques, franchement vous aimeriez qu'on vous mette en cage et qu'on vous prive de votre liberté ?????????, A MEDITER SERIEUSEMENT!!

  4. lotus2003 30/03/2018 à 21:26:35

    les animaux sauvages sont pas des animaux de compagnie, qu\'on les laisse tranquille dans leur milieu naturel mais surtout qu\'on arrête les trafics. merci de les avoir sauver 

  5. AnneV 30/03/2018 à 18:03:02

    bêtise, appât du "gain" (quelques dollars !!) manque d'information (là, faut le faire !! Ils ont des oreilles et une langue et sans doute radio ou télé !!!!!) Ils creusent leur propre tombe et ne se rendent compte de rien ! Et l'on parle de nous comme d'une espèce "supérieure" : On en rirait si ce n'était aussi sordide !