Faites un don

Retourner à l'accueil > Conseils > Que faire face à un oiseau blessé ?

Santé31.07.2017

Que faire face à un oiseau blessé ?

Il peut arriver que certains trouvent des oiseaux blessés ou des oisillons tombés du nid. Les conseils de 30millionsdamis.fr et de la LPO (Ligue de Protection des Oiseaux) pour adopter les bons réflexes... et ne pas leur faire de mal sans le vouloir.

© Pixabay.com

Vous avez trouvé un oisillon malencontreusement tombé du nid ? Vous croisez un oiseau qui présente des signes de faiblesse, des blessures apparentes ou un comportement anormal ? Autant de situations auxquelles sont parfois confrontés les amis des animaux. Malheureusement, en voulant les sauver, certains font plus de mal que de bien…

Les causes de détresse

7 % des oiseaux accueillis dans les centres LPO (Ligue de Protection des Oiseaux) le sont suite à une collision contre un objet fixe, notamment une vitre. Autre situation accidentelle : les collisions de rapaces diurnes et nocturnes avec les véhicules (6 %).
 
Mais la principale raison (39 %) est due à une erreur de la part d'une âme charitable et bienveillante… « De nombreuses personnes, pensant bien faire, ramassent les jeunes oiseaux et les déposent au centre de sauvegarde le plus proche. Dans la majeure partie des cas, ces oisillons ne sont pas en détresse, il suffit simplement de les mettre hors de danger à proximité de l’endroit où ils sont découverts. Sachez qu’un oisillon est un être très fragile et son transport vers un centre risque de lui être fatal alors qu’il n’était pas forcément en danger ! » alerte Anne-Laure Dugué, responsable du programme faune en détresse à la LPO.

Les bons réflexes à adopter

  • Examinez la situation : assurez-vous d’abord que l’oiseau est réellement en détresse en prenant le temps d’observer la situation et son environnement. « Ce n’est pas parce qu’on voit un animal au sol qu’il faut se sentir obligé de le ramasser », résume Anne-Laure Dugué.  « Si c’est un oisillon, dans la plupart des cas les parents se trouvent aux alentours, à la recherche de nourriture ou attendant qu'un potentiel danger (vous en l'occurrence !) se soit éloigné », poursuit-elle.
  • Intervenez au minimum : « Placez l’oisillon en hauteur, à l’abri des prédateurs. L’idéal étant de le déposer dans une boite ouverte fixée à un arbre de sorte que ses parents puissent continuer à venir le nourrir ». Ne vous inquiétez pas, ses parents ne sentiront pas qu’un humain l’a touché et ne risquent pas de le rejeter pour cette raison !
  • Si l’animal est manifestement blessé (aile pendante, trace de saignement, impossibilité de se tenir sur ses pattes), il va falloir le prendre en charge et le mener dans un centre de sauvegarde de faune sauvage.
Si vous trouvez un oisillon, placez-le dans
un carton accroché à un arbre. © LPO

Comment prendre soin de l’oiseau ?

  • Protégez-vous : « L’oiseau, bien qu’affaibli, reste dangereux. Faites donc attention aux serres des rapaces et aux coups de bec des échassiers. Utilisez si possible des gants et soyez vigilant aux mouvements de tête de l’oiseau ! », prévient Anne-Laure.
  • Capturez-le avec précautions : « Lancez délicatement un linge sur l’oiseau afin qu’il soit au noir ; cela va le calmer. Les bras tendus, maintenez ensuite les ailes collées au corps et la tête cachée. Evitez d’obstruer son bec avec un ruban adhésif ou une corde, au risque de l’étouffer ».
  • Un nid confortable : placez-le dans un carton adapté - à sa taille si possible - que vous aurez préalablement percé de quelques trous fins pour lui permettre de respirer.
  • Placez ensuite le carton chez vous dans une pièce calme et obscure et contactez le refuge LPO le plus proche de chez vous. Ils vous donneront des consignes de pro !

Ne pas garder l’animal chez soi…

« Rappelez-vous que la plupart des oiseaux sont protégés. La loi interdit aux particuliers de capturer, détenir et soigner des animaux sauvages (art. L 415-3 Code de l'environnement). Toutefois, une exception a été accordée aux particuliers qui ramassent un animal blessé et le transportent vers un centre de sauvegarde à condition que ce transport s’effectue dans les meilleurs délais », avertit Anne-Laure.
 
En d’autres termes, sauf avis contraire de la part des professionnels, ne gardez pas cet animal chez vous…

Le témoignage de Stéphanie :

L'envol de l'oisillon. © Stéphanie W.

Stéphanie, une habitante de Charente-Maritime, a réussi à sauver un oisillon. Elle a contacté la LPO qui l’a guidé par téléphone… Son témoignage :
 
« Alors que je promenais mon chien, j’ai aperçu un oisillon à terre sur le trottoir. Aveugle et sans plumes, il bouge lorsque je le touche. Je regarde autour de moi à la recherche d’un nid mais je ne vois rien ! Ne pouvant me résoudre à le laisser derrière moi, je l’emmène. Je contacte la LPO qui me donne de précieux conseils par téléphone. Tant qu’il n’a pas de plumes, il faut le garder bien au chaud, avec une bouillotte et une serviette par-dessus pour ne pas qu’il se brûle, dans une boite à chaussures. Il faut donner des croquettes à chat trempées dans l’eau ou acheter du Nutribird A21 en animalerie et faire la becquée très souvent dès qu’il réclame de 7h du matin à 23h ! Petit à petit, Piou Piou a ouvert les yeux puis ses plumes sont apparues, d’abord enveloppées dans une gaine protectrice puis les plumes se sont ouvertes et Piou Piou a fini par vouloir voler ! Il a fallu le mettre en cage (le 16 juin soit 11 jours après sa découverte). Mais tant qu’il n’était pas capable de manger tout seul, impossible de le relâcher. Nous avons finalement libéré notre petit moineau trois semaines plus tard le 26 juin dans le jardin de mes parents à la campagne. Il a pris son envol et s’est posé dans un grand tilleul. Cela a été un moment fort en émotion mais nous sommes très contents du devoir accompli et nous souhaitons une longue vie à notre Piou Piou parmi ses congénères ! ».

Commenter

  1. diogène 03/08/2017 à 23:12:20

    Un jour en rentrant chez  moi,  j'ai vu immobile sur la chaussée un jeune corbeau sans doute heurté par une voiture; il semblait respirer, je l'ai pris délicatement et l'ai monté dans mon appartement sans savoir quoi faire. Par téléphone un vétérinaire  m'a donné des conseils. Je les ai suivi et mis l'oiseau dans le panier du chat sur  le balcon avec de l'eau ;  le matin il a pu s'envoler, il était sauvé.  Les jours suivants je le voyais avec d'autres virevolter devant l'immeuble ;  je me suis dit qu'il venait me remercier. ..j'étais content 

  2. barique-daisy 02/08/2017 à 09:03:47

    Que c'est mignon! merci pour pioupiou

     

  3. Bandy86 02/08/2017 à 00:38:28

    Il faut être très prudent avec les oiseaux, tous les ans j'en sauve comme ça, surtout des touterelles qui tombent du nid, j'ai installé une cage que je laisse ouverte dans le chêne qui est devant ma maison. Et c'est un régale de regarder les parents venir les nourrir. Je leur mets des graines à disposition aussi pas loin de la cage et toujours en hauteur pour éviter les chats. Il y a même quelques années, un couple de touterelles avait fait son nid directement dans la cage. Cest vrai qu'elles sont habituées à nous voir. Je sauve aussi des hirondelles en installant des planches sous les nids qu'elles font dans mon garage, cela évite que les petits tombent par terre quand ils sortent du nid. C'est tellement agréable de les regarder.