Faites un don

Retourner à l'accueil > Actualités > 6 traditions cruelles envers les animaux

Maltraitance17.09.2015

6 traditions cruelles envers les animaux

Vieilles de plusieurs siècles, certaines traditions culturelles qui martyrisent les animaux sont toujours perpétrées à travers le monde. Chiens, dauphins, taureaux… ils sont des milliers à souffrir inutilement. La Fondation 30 Millions d'Amis s'insurge contre ces rites d’un autre temps ! Triste palmarès de la cruauté...

Photo d'illustration © clement levet - Fotolia.com

1
La Corrida en France

Introduite en France au milieu du XIXe siècle, la corrida espagnole s'est étendue progressivement dans le sud de la France, surtout à partir de 1850. Depuis cette date, elle n'a cessé de se développer et tente constamment d'élargir son territoire. Cette exception légale aux sévices graves, simple tolérance du législateur face à des pratiques d’un autre temps, légitime la mutilation de milliers de taureaux chaque année en France et leur mise à mort dans de grandes souffrances. La Fondation 30 Millions d’Amis est totalement opposée aux spectacles tauromachiques, et les combat fermement.

2
Le Grindadràp aux îles Féroé

Chaque année, au mois de juillet, les îles Féroé, province du Danemark, sont le théâtre d’une tradition meurtrière. Le « Grindadràp », qui signifie « mise à mort des baleines », consiste à tuer des dauphins globicéphales. Rabattus vers les plages par des bateaux ils sont accueillis par une foule en liesse qui va les tuer à coups de harpons ou de couteaux. Cette vieille tradition est encadrée par une loi qui règlemente sa pratique et la protège des gêneurs.

3
Le festival de viande de chiens à Yulin, en Chine

Chaque année, plus de 10 000 chiens et 4000 chats sont tués pour être mangés dans le cadre d’un « festival » à Yulin, dans le sud de la Chine. Capturés dans les rues alors même que certains ont des foyers, ces chiens sont enfermés dans des cages surpeuplées puis acheminés dans d’horribles conditions de transports vers la ville de Yulin. Agglutinés les uns sur les autres, ils n’ont ni à boire ni à manger. Souvent blessés ou très malades, ils attendent des jours avant d’être exécutés sommairement. Ils finiront ensuite vendus sur des étals dans les rues ou cuisinés dans les restaurants de la cité, le 21 juin. Selon la coutume traditionnelle, manger du chien et du chat aurait des vertus médicinales.

4
Le « toro de la Vega » en Espagne

Les fêtes en Espagne utilisent régulièrement des taureaux. Mais dans les rues de Torsedesillas, au mois de septembre, se joue un spectacle très cruel. Pendant de longues minutes, l’animal est pourchassé par des centaines de personnes armées de lances et de couteaux acérés, à cheval ou à pied, comme le veut cette tradition qui se tient annuellement. Le « Toro de la Vega » - « taureau de la plaine » en français - comme on le surnomme, meurt ensuite dans de grandes souffrances, achevé par l’un des participants à ce spectacle de l’horreur. Cette tradition remonterait au XVe siècle, et constitue - selon les aficionados - un hommage à la Vierge Marie.

5
Kots Kaal Pato au Mexique

Les sympathiques pinatas [récipient en papier mâché ou en argile, rempli de bonbons, que les enfants doivent casser à coups de batte les yeux bandés, NDLR] ont été remplacées par des pinatas d’un autre genre à Citilcum, au Mexique. A l’occasion de cette « fête », elles sont remplies d’animaux vivants qui sont donc frappés à coup de batte. Les survivants sont ensuite écrasés par la foule. Le clou du spectacle ? Le sacrifice d’une oie accrochée par les pattes à un poteau assez haut. Les hommes doivent ensuite sauter pour tenter de l’attraper par la tête et ainsi la décapiter avec plus ou moins de succès ! Une tradition dont l’origine est inconnue mais qui continue de se tous les ans.

Article sur le sujet (en anglais) :

La ville mexicaine qui massacre
les animaux vivants

6
A Rapa das Bestas en Espagne

En Galice, il existe encore des chevaux sauvages… Une véritable merveille de la nature anéantie par un évènement barbare à Sabucedo chaque premier week-end de juillet, depuis 400 ans. Au cours d’une manifestation baptisée « Le rasage des bêtes » et suivie par des centaines de personnes, des hommes vont débusquer des chevaux sauvages dans les collines pour les entraîner dans un enclos en ville. Là, ils se jettent dessus avec une grande violence pour les déstabiliser et les faire tomber. Et pour y parvenir, tous les moyens sont bons : ils tordent le cou des chevaux, les tirent par la queue ou leur donnent des coups de pied dans les côtes ou les jambes. Une fois les animaux traumatisés à terre, ils coupent leurs crins à coup de ciseaux sans veiller à ne pas les blesser. Ils sont ensuite marqués et vendus. Cette fête constitue un rite de passage pour les participants.

Commenter

  1. lvillarp1 17/07/2017 à 14:44:40

    C n\'importe quoi et des milliers de gens prennent du plaisir à voir ca ? Franchement c horrible de massacrer des animaux inutilement et juste pour le plaisir en plus

  2. Grammont 1850 10/07/2017 à 15:56:35

    quelle horreur ils appellent ça des traditions ça donne juste envie de vomir et surtout de ne jamais aller visiter ces pays de\"traditions\"

  3. gorischarlotte@hotmail.fr0 02/10/2015 à 15:26:51

     Monde de t***!!! Aussi dégoûté du monde de lire ça !  On devrait leur faire histoire qu'ils se rendent compte ! 

  4. frimousse 18/09/2015 à 17:29:11

    Mon Dieu, que c'est cruel de lire de telles choses atroces, c'est terrible de voir à quel point l'homme est cruel avec les animaux ! Et encore on ne nous dit pas tout ! Si on savait, je crois que ceux qui aiment les animaux seraient plus que malades ! On serait HORRIFIÉ ! Heureusement, que des associations existent : MERCI à elles !!

  5. kenzoamour 18/09/2015 à 14:59:29

    Tous ces actes cette maltraitance !!! me dégoute !!!! ceux qui font ça sont vraiment des ordures !!!! envie de leurs faire pareil pour qu' ils se rendent compte de la douleur et la souffrance qu' ils infliges à ces pauvres animaux !

  6. frederic.schilde@gmail.com 17/09/2015 à 19:45:58

    Bonjour,

    Mais ou est donc passé le massacre des bébés phoques canadiens ?
    Les rhino pour leurs cornes, les requins pour leurs ailerons et bien d'autres.

    L'info est malheureusement très incomplète.