Fondation 30 Millions d'Amis

Fondation 30 Millions d'Amis
Faites un donFaire un don

 €

Votre don ne vous coûte que
XXX après réduction fiscale

Enquête

Trafic de chiens : le fléau continue

Trafic de chiens : le fléau continue

Photo d'illustration : © cynoclub - Fotolia.com

Déjà dénoncé par 30 Millions d’Amis il y a plus de 30 ans, le trafic de chiens connaît un nouvel essor en Europe de l’Est où les élevages clandestins pullulent. Un trafic international, auquel participe également, parfois en toute conscience, des professionnels en France.

De l’aveu même des autorités, il est très difficile d’avoir le nombre précis des chiens victimes de trafic au niveau européen. Pourtant, les nombreuses saisies opérées par les douanes françaises - qui font la plupart du temps suite à des affaires le plus souvent révélées par les associations de protection animale, dont la Fondation 30 Millions d’Amis - démontrent l’ampleur de ce fléau à l’échelle mondiale. « La plaque tournante a longtemps été la Belgique et les Pays-Bas, explique Reha Hutin, productrice de l’émission 30 Millions d’Amis qui a enquêté sur ce dossier dès les années 1980. A l’époque, on parlait de la « Dog connection » en référence à la « French connection » dans les années 1970, le tristement célèbre trafic d’héroïne entre la France et les USA. Désormais, avec l’élargissement de l’Union européenne, les mafias agissent depuis les pays de l’Est. » Une vision partagée par Jean-Paul Billault, auteur d’une enquête diffusée très prochainement sur France 2* : « Le trafic d’animaux a pris encore plus d’ampleur avec Internet, explique-t-il. Aujourd’hui, n’importe quel moteur de recherche peut vous faire remonter à un trafic qui commence en Bulgarie ou en Slovaquie ».

Abus multiples

Un trafic dont les premières victimes sont bien sûr les animaux : conditions d’élevage indignes (usines à chiots à l’hygiène inexistante où les petits sont enlevés à leur mères avant même d’être sevrés), conditions de transport telles que beaucoup meurent avant d’être parvenus à destination, vaccins périmés ou falsifiés... Les trafiquants ne reculent devant aucun procédé. Les animaux qui survivent sont vendus en France à certaines animaleries qui ont pignon sur rue où à des éleveurs qui exercent en toute légalité, et qui trompent leur client sur l’origine des animaux et les conditions d’élevage : « Lors de notre enquête, nous avons découvert un chiot qui n’était pas protégé contre la rage, malgré ce qu’indiquait son carnet de vaccination. Sur celui-ci, on pouvait clairement lire que le vaccin était périmé... Ni l’éleveuse ni son vétérinaire  ne pouvaient l’ignorer et pourtant ils ne l’ont pas signalé » dénonce Jean-Paul Billault.

Les abus sont donc multiples. Dans les pays d’élevage, mais également sur les lieux de revente des chiots. Si la loi française est très claire sur le commerce des animaux domestiques, « les contrôles sont si rares que bon nombre d’éleveurs malhonnêtes agissent tranquillement, en toute impunité », poursuit-il. Pour Reha Hutin, « les pouvoirs publics, les douanes et la répression des fraudes doivent renforcer leurs contrôles et leurs actions face à ce phénomène qui prend de plus en plus d’ampleur ».

Les politiques interpellés

Les conséquences du trafic de chiens sont diverses. L’acheteur est floué et se retrouve avec des chiens malades ou non sociabilisés, puisque enlevés trop tôt à leur mère. Cela entraîne des frais importants de vétérinaires ou de comportementalistes. Pire, l’animal finit par être abandonné dans un refuge.  De son côté, l’éleveur a, lui, réalisé un bénéfice très important : le prix de revente frise parfois trois fois le prix d’achat en Europe de l’Est, au détriment de l’animal. Et que dire de l’arrivée en France de chiots non immunisé contre la rage, alors que même si elle est éradiquée dans notre pays, cette maladie continue de tuer 50 000 personnes chaque année selon l’Organisation Mondiale de la Santé ?

Pour lutter contre ce véritable fléau moderne, « il est essentiel que les professionnels de cette filière fassent le ménage dans leurs rangs. Mais aussi que les acheteurs potentiels soient très vigilants sur l'origine, la santé et la sociabilité des animaux » conclut Reha Hutin. Les actions de la Fondation 30 Millions d’Amis, qui se constitue partie civile dans bon nombre de procès, ont abouti à des arrestations et à des condamnations, mais également à des fermetures définitives d’élevages canins peu scrupuleux.

Elle a par ailleurs interpellé - sur ce sujet, entre autres - les candidats à l’élection présidentielle en avril 2012. A ce jour, aucune mesure n’a été prise malgré l’engagement de François Hollande de « renforcer les contrôles en France, mais également au niveau des frontières de l’Union européenne ».

*Les Infiltrés : « Trafic d’animaux, les mafias internationales » - vendredi 15 février 2013, France 2

Commenter

  1. staffie33 31/07/2013 à 18:08:06

    le poste date un peu mais j aurai besoin de savoir qu elle démarche entreprendre quand nous avons un réel raison de penser qu'une eleveuse et son vétérinaire sont impliqués dans un trafic de chien?

    Pour parler des faits, une amie très proche à acheter un chien LOF dans un elevage français (ils sont très très amateur et donc on voulu aller en elevage pour avoir une confiance aveugle autant pour le chien, que les conseils pour le futur ect...)

    Le jour de prendre le chien, l eleveuse leur dit y a eu une erreur lors du puçage du chien, ma véto s est trompé de puce, elle l a donc repucé le chien a gauche car la mauvaise puce est a droite.

    Mes amis ont dit ok sans savoir ce que celle allait impliquer.

    L'année passe ils amènent le chien en confirmation lors d une expo canine, le juge saute en l air en voyant deux puces (une francaise et une etrangère sur le chien). Le chien n est donc pas confirmable tant qu il a deux puces et leur explique qu il y a un risque que le chien ne provienne pas de france. Il leur conseille de prendre contact avec leur veto et avec le veto qui a pucé le chien a la base.

    Leur veto lui confirme que le risque est plus que présent et que leur chien ne sera certainement jamais confirmable. Et qu ils ont interdiction de supprimer une puce d un animal et qu ils ne retiront pas  la puce au risque de couvrir un eventuel traffic.

     

    La véto qui a pucé dit ne pas s en souvenir.

    Mes amis contacte qqjours apres l'éleveuse, qui est sur la défensive en disant qu ils ont mal parler à sa vétérinaire (c est faux et donc la veto s est empressé d appeler l'eleveuse pour lui parler du cas) et qu il n arriveront pas a prouver que la 2ème puce a été mise par elle car eux on pu le faire aussi car le chiot est pucé du jour de la vente.

    Sauf que le numero de puce est indiqué sur le certificat de naissance et le contrat de vente donc ca prouve que ca a été fait avant l'achat du chiot.

    Maintenant que faire pour arrêter ce genre de chose...

    Pouvez m'aider svp? 

  2. océ la mieux 30/03/2013 à 15:16:07

    se n'est pas normal que le trafic d'animaux existent encore !!!!l'Etat devrait regarder de plus près tout sa !!!

  3. vetorx 19/02/2013 à 14:53:43

    réponse à I'M BACK

    Mais si j'ai bien compris.

     Mon premier et mon second message sont différents . En regardant les dates vous pouvez voir que le premier a été posté avant la diffusion de l'émission et se basait sur le reportage écrit et je maintiens mon premier message.

    Le second l'a été après que l'on m'ait  relaté  l'émission , donc là j'apprend l'histoire de vignette falsifiée et là je rédige mon second message en le modifiant.

     

    Les vétos qui n'ont pas vu ce reportage ne sont pas au courant de cette histoire de vignette falsifée. C'est une grande première que l'on découvre.

    Donc si officiel a triché,c'est dans le pays d'origine et pas en France.

     

    Regarder aussi si les pays incriminés dans le reportage sont indemnes de rage ?

     

    La France ne l'est pas !

     

    CQFD.

     

    Voici: 

  4. chatchien 19/02/2013 à 00:21:36

    j'ai l'impression que vetorx n'as pas compris le reportage,il était clair et compréhensible je vois pas ou est ce qu'il y aurait un montage.

     Quoi qu'il en soit les dates sur le vaccin fait était claire et nette pas d'autres choses à rajouter.

  5. vetorx 16/02/2013 à 09:42:33

    Je suis contre l'importation des chiots des pays de l'Est ,fusse-t-elle légale.

    ".... Lors de notre enquête, nous avons découvert un chiot qui n’était pas protégé contre la rage, malgré ce qu’indiquait son carnet de vaccination. Sur celui-ci, on pouvait clairement lire que le vaccin était périmé... Ni l’éleveuse ni son vétérinaire  ne pouvaient l’ignorer et pourtant ils ne l’ont pas signalé »"

    L'ignorer........a priori on peut faire confiance à un document officiel rempli par un officiel. Maintenant qu'on nous dit qu'il existerait des fausses vignettes , il faut donner cette information aux vétérinaires pour qu'ils aient le réflexe de vérifier. 

    Le problème de la vaccination contre la rage vient du fait que les chiots sont vaccinés suivant le protocole du pays exportateur et là scientifiquement c'est pas bon du tout car trop jeunes donc pas compétents pour faire des anticorps.

    Continuez de faire votre travail indispensable 

  6. marie-christine 15/02/2013 à 16:26:38

    Les Associations devraient contrôlées davantage les élevages et les revendeurs aussi.

  7. vetorx 15/02/2013 à 11:40:41

    Je suis contre l'importation des chiots des pays de l'Est ,fusse-t-elle légale.

     Vos reportages font mouche auprès du grand public. 

    Mais est il vraiment nécessaire de produire des contre vérités  ou des montages ?

     ".... Lors de notre enquête, nous avons découvert un chiot qui n’était pas protégé contre la rage, malgré ce qu’indiquait son carnet de vaccination. Sur celui-ci, on pouvait clairement lire que le vaccin était périmé... Ni l’éleveuse ni son vétérinaire  ne pouvaient l’ignorer et pourtant ils ne l’ont pas signalé »"

    Le vaccin contre la rage est valable un an, légalement il l'est trois semaines après l'injection. Donc dire que le vaccin est périmé veut dire  quoi exactement ?  Que le produit utilisé était périmé lors de son utilisation ou que la vaccination n'était plus valable ? Dans le dernier cas cela voudrait dire que le chiot lors de son passage de frontière avait l'âge de la vaccination + un an  dépassé ....ce n'est donc pas un chiot. Un peu léger pour un journaliste d'investigation .

    La photo avec les animaux morts dans leurs excréments ne fait pas partie du reportage d'origine mais provient d'une autre situation( c'est un chat au premier plan ) il s'agit donc d'un montage.

     Je peux multiplier les exemples mais en vais rester là.

    Vous pouvez  me traiter de pointilleux , mais ,quitte à me répéter ,je suis farouchement opposé à ces importations (le mot en lui même est faux puisqu'il n'y a que des échanges intra communautaires.)

    Le problème de la vaccination contre la rage vient du fait que les chiots sont vaccinés suivant le protocole du pays exportateur et là scientifiquement c'est pas bon du tout car trop jeunes donc pas compétents pour faire des anticorps.

    Continuez de faire votre travail indispensable mais faites le mieux en évitant des erreurs basiques car vous devez avoir des conseillers scientifiques.....mais vous en avez aussi  des juridiques . 

  8. Dominique68 14/02/2013 à 10:45:32

    Bonjour,

     

    Il suffit chaque jour, de lire les annonces de vente de chiens/chiots sur des sites, sur le net, pour y découvrir " subtilement " certaines annonces très suspicieuses dont on devine aisément que les animaux sont issus de   traffics ; sans compter les numéros d'identifications éronnés ou volés à des éleveurs tout à fait correct, pour essayer de faire passer " la marchandise " pour " du correct, en règle " !!!

     

    Et que fait nos chers élus contre cela " QUE NINI " car ils en ont " rien à fouttre " et les sites sur le net qui ne respectent pas la loi Française de diffusion de ventes d' animaux, car " RIEN A FOUTTRE EUX-AUSSI " avec la bénédiciton des autorités et des gens trop naifs ou trop cons qui continuent d'en acheter via cette filiale, via animalerie, et certains éleveurs peu reluisants !!!

     

    " Dieu " que c'est pitoyable !!! Et ce sont toujours les pauvres animaux qui en font toujours les frais !!

     

    " Qu'est ce que cela me dégoutte !!! "

     

    Cordialement,

     

    Dominique68

  9. chatchien 14/02/2013 à 00:20:22

    J'ai vu un reportage sur ça dans le cadre des félés de la route,des chiots entassés dans des caisses avec des carnets de vaccinations douteux.

     Tout ces chiots vont en animalerie et sont transportés dans des cartons à leur destination,sur les images on découvrait des chiens pas trés en forme et des chats pas trés fameux non plus.

    Dans certaines animaleries,les chats sont bradés afin qu'ils puissent partir assez vite sinon aprés je ne sais pas ce qu'ils en font aprés.

    C'est assez triste de voir que meme notre Pays s'y mette aussi,il faudrait une opération immense pour mettre fin à ce trafic honteux qui se situe en 3éme place derriere la drogue et  le trafic d'alcool.

  10. wiwige 13/02/2013 à 22:03:55

    Il faudrait controler davantage toutes ces animaleries un peu limites qui pullulent! Il y a eu un reportage la semeune derniere sur ces personnes peu scrupuleuses qui font venir des chiots ou chatons a peine sevres des pays de l est et qui les condiderent comme des marchandises qu ils renvoient si ils les considerent comme non conformes!! Comme un vulgaire bibelot!! On voyait des chiots morts dans leurs excrements!!! Car trop petits pour supporter les voyages car arraches trop tot a leur mere! Ces animalerie se situaient en belgique et les vendeurs n y voyaient que du business sans aucune humanite ni amour pour les betes ! On sait que ca existe!! Alors pourquoi rien n estfdait pour stopper ces trafiques???!!!