Faites un don

Retourner à l'accueil > Actualités > La grue de Sibérie sauvée grâce à un partenariat Chine-Russie-Iran

Faune24.02.2010

La grue de Sibérie sauvée grâce à un partenariat Chine-Russie-Iran

L'ONU a salué mercredi "l'excellente coopération" entre la Chine, la Russie et l'Iran qui devrait permettre de sauver de l'extinction la grue de Sibérie, un majestueux oiseau extrêmement menacé.

NUSA DUA (Indonésie), 24 fév 2010 (AFP) - L'ONU a salué mercredi "l'excellente coopération" entre la Chine, la Russie et l'Iran qui devrait permettre de sauver de l'extinction la grue de Sibérie, un majestueux oiseau extrêmement menacé.

"L'avenir de la grue de Sibérie semble bien meilleur grâce aux efforts de la Chine, de l'Iran, de la Russie et du Kazakhstan", quatre pays situés sur les routes de migration du grand oiseau, a déclaré Claire Mirande, responsable du programme, à l'occasion de la réunion annuelle du Programme des Nations unies pour l'Environnement (PNUE) à Nusa Dua, sur l'île indonésienne de Bali.

Grand oiseau gracieux, au pelage entièrement blanc, d'environ 1,40 m de hauteur, la grue de Sibérie est considérée comme étant "en danger critique d'extinction" avec une population estimée à 3.000/3.500 individus.

Chaque année, elle migre sur une distance de 5.000 km de ses lieux de nidification en Sibérie en direction de l'Iran ou de la Chine du sud.

Mené par le PNUE entre 2003 et 2009, le programme international a permis "d'assurer la conservation et la réhabilitation de 16 zones humides, d'environ 7 millions d'hectares, sur les deux principales routes de migration", a expliqué Mme Mirande.

Une grande partie de ces zones marécageuses sont menacées d'assèchement en raison essentiellement des activités agricoles.

Ce programme, d'un coût de 46 millions de dollars, va également bénéficier aux autres espèces d'oiseaux aquatiques migrateurs (cygnes, oies, canards, aigrettes...), dont les populations déclinent fortement, en particulier en Asie, selon le PNUE, qui célèbre en 2010 "l'année de la biodiversité".