Fondation 30 Millions d'Amis
Fondation 30 Millions d'Amis
Faites un donFaire un don

 €

Votre don ne vous coûte que
XXX après réduction fiscale

Retourner à l'accueil > Actualités > Ces petites choses qui vont déjà changer pour les animaux en 2018

Protection27.12.2017

Ces petites choses qui vont déjà changer pour les animaux en 2018

Fourrure, poules en batterie, cirques… L’année qui arrive devrait d’ores-et-déjà marquer certains changements pour nos 30 millions d’amis. Mais nos actions devront permettre d’aller plus loin encore !

De plus en plus de grandes marques renoncent aux oeufs de batterie. © Bluesky60 - Fotolia.com

Fourrure : les marques qui arrêtent

De plus en plus de grandes marques refusent désormais d’utiliser de la vraie fourrure dans leurs collections. Quelques maisons de luxe ont indiqué qu’elles arrêteraient définitivement d’en commercialiser dès 2018 : Michael Kors, Jimmy Choo, Gucci, BCBG Max Azria, Sun Valley, Lolita Lempicka…
Ces marques rejoignent celles qui se sont déjà engagées, comme Stella McCartney, Armani, Hugo Boss, Balmain…

On estime qu’entre 50 et 100 millions d’animaux sont tués chaque année dans le monde pour l’industrie impitoyable de la fourrure. N’oubliez pas de signer notre pétition pour la fermeture des fermes à fourrure en Europe.

Les œufs de poules en cages bannis de l’industrie alimentaire

Le calvaire des poules pondeuses dans les élevages intensifs est de plus en plus médiatisé et les consommateurs y sont plus attentifs. Grâce aux actions de sensibilisation des associations de protection animale, plusieurs grandes marques renoncent à se fournir en œufs de batterie au profit d’œufs de plein air ou bio.

En 2018, l’entreprise Marie Morin (plats préparés) arrêtera d’en utiliser dans ses préparations ainsi que les restaurants Léon de Bruxelles pour leurs œufs entiers et 2021 pour leurs ovoproduits.

Les loups : quel avenir ?

Bien que la dernière mouture du plan loup 2018-2023 soit publiée début février 2018, les grandes lignes ont d’ores et déjà été annoncées. Un plafond de 40 loups abattus maximum par an a été fixé contre 36 en 2015/2016. Les abattages sans attaque préalable (ou "tirs de prélèvement" dans le jargon) ne devraient être autorisés qu'après les estives, de septembre à décembre.

Un plan jugé pas tout à fait satisfaisant par les associations de protection animale qui regrettent que les tirs létaux soient toujours autorisés mais soulignent la volonté du plan d’assurer la coexistence entre le loup et le pastoralisme.

Ces villes qui refusent les cirques

Les cirques avec animaux sauvages bientôt bannis définitivement des villes ? © Jean-Marie MAILLET - Fotolia.com

Le mouvement vers un cirque sans animaux sauvages s’amplifie ! Cette transformation est inéluctable. Actuellement, on dénombre une soixantaine de villes françaises qui interdisent les cirques avec animaux sauvages. Paris s’y est engagée, sans toutefois donner de calendrier précis.
Au sein de l’Union Européenne, l’interdiction des cirques avec animaux sauvages sera effective en Irlande et en Écosse à compter du 1er janvier 2018.

Pour une interdiction progressive des animaux sauvages dans les cirques, rejoignez les 236 000 signataires de la pétition de la Fondation 30 Millions d’Amis.

Un groupe de réflexion sur le bien-être animal ?

Cirques, delphinariums, chasse… ces sujets brûlants, pour lesquels la Fondation 30 Millions d’Amis se bat quotidiennement, seront « normalement » discutés en 2018. En août 2017, le ministre de la transition écologique et solidaire, Nicolas Hulot a annoncé vouloir « créer un groupe de réflexion sur le bien-être animal » placé sous l'autorité « d'un philosophe et d'un parlementaire ».

La Fondation sera très attentive à la constitution effective de ce groupe et des décisions qui en découleront.

>> Partagez sur Facebook, Twitter et Google +.

Commenter

  1. save the animal ✊ 03/01/2018 à 12:13:05

    Ils faudraient plus en parler a la télé pour que plus de gens comprennent que l’on peut changer se monde et banir la cruaté mais que si ils ne fint rien il n’y aura plus rien de beaux et surtout olus d’animaux.

  2. Bandy86 02/01/2018 à 19:35:39

    On avance tout doucement, mais il y a encore beaucoup de travaille avant que tous ces responsables comprennent la souffrance animal. Il faut continuer et tenir bon.

  3. rosarno 29/12/2017 à 16:25:07

    Espérons que l année 2018 soit plus clémente pour nos amis les animaux. Et surtout qu\' il y est une vraie loi qui punit tous ces assassins qui maltraitent ces pauvres bêtes sans défense..Pas de sursis des mois derrière les barreaux et des lourdes sommes.