Faites un don

Retourner à l'accueil > Actualités > La Fondation 30 Millions d’Amis récompense une étudiante en droit animalier pour ses travaux

Evénement15.09.2017

La Fondation 30 Millions d’Amis récompense une étudiante en droit animalier pour ses travaux

Partenaire du Diplôme Universitaire en droit animalier de l’Université de Limoges, la Fondation 30 Millions d’Amis a décerné le prix Jules Michelet à une jeune diplômée pour sa proposition de loi innovante pour les animaux.

Lors de la remise des diplômes de la 2eme session du DU en droit animalier de l'Université de Limoges, Reha Hutin, présidente de la Fondation 30 Millions d'Amis, s'est adressée aux participants dans une vidéo.

La 2e promotion du Diplôme Universitaire en droit animalier de l’Université de Limoges - mis en place en partenariat avec la Fondation 30 Millions d’Amis - a été un véritable succès en nombre de participants. A l’occasion de la clôture de cette deuxième session, 32 participants (étudiants et professionnels) ont été diplômés (8/09/17).
 
Lors de la remise des diplômes, Reha Hutin, présidente de la Fondation 30 Millions d’Amis s’est exprimée devant l’ensemble des lauréats, des professeurs et des professionnels présents, dans une vidéo. Interrogée par Flore Le Maoût, étudiante et diplômée de la 2ème promotion, Reha Hutin s'est exprimée sur l’origine de son engagement pour la cause, les progrès du droit animalier ou encore sur les nombreux combats de la Fondation en faveur de tous les animaux.

Remise du prix Jules Michelet

Le Prix de droit animalier Jules Michelet a été décerné à l’un des participants au DU, à l'issue de la cérémonie de clôture. En effet, pour valider leur cursus, ils devaient élaborer une proposition de réforme du droit animalier. Leurs propositions ont été ensuite soumises à un jury, composé de deux universitaires, deux personnalités reconnues dans le droit animalier, un magistrat, un avocat et le Délégué général de la Fondation 30 Millions d’Amis qui a décerné ce Prix. Ce sont les travaux de Célia Fontaine qui ont été récompensés par la Fondation 30 Millions d’Amis, par la remise d’un chèque de 1000 euros.
 
Sa « Proposition de réforme instaurant la Liste positive des mammifères non domestiques pouvant être détenus comme animaux de compagnie » a suscité l’adhésion de la majorité des membres du jury. En effet, il existe aujourd’hui en France un arsenal juridique complexe et éparpillé composé de plusieurs réglementations qui interdisent certains animaux, dites listes « négatives ». A contrario, une liste « positive » permettrait de lister précisément les espèces qui ont été étudiées scientifiquement au cas par cas et qui ont été estimées aptes à être détenues comme animaux de compagnie sans danger pour ces espèces, mais aussi pour leur propriétaire, le public et notre environnement.
 
« J'ai voulu traiter de cette question car il m'a semblé que la France avait du retard à ce sujet comparé à d'autres pays européens comme la Belgique, les Pays Bas ou le Luxembourg, qui ont déjà adopté ou sont sur le point de le faire une Liste Positive des animaux exotiques pouvant être détenus comme animaux de compagnie. Cela m'exaspère de constater qu'encore de nombreuses personnes pensent pouvoir détenir chez eux des animaux fragiles qui ne sont pas fait pour la captivité » explique Célia Fontaine à 30millionsdamis.fr.

La 2e promotion du DU en droit animalier à l'Université de Limoges. © Fondation 30 Millions d'Amis

Commenter

  1. 10loups 26/09/2017 à 18:39:12

    Ma critique ne portait pas sur votre travail mais sur l'entretien avec Reha Hutin, diffusé en video, dans l'article ci-dessus. On y entend les termes d'expérimentation animale, de problèmes d'élevage, de fourrure animale, d'animaux sauvages en zoos ou dans les cirques, de corrida et de collaboration internationale pour sauver des animaux du bout du monde. Jamais personne ne prononce le mot "abattage" ou "abattoir" qui devrait pourtant faire partie de la liste. D'où mon énervement. J'ai lu avec intérêt les pages 291 à 312 de la revue citée ; je n'ai sans doute pas tout compris, mais votre consoeur a en effet bien fait le tour de la question de l'abattage rituel (scandale de la souffrance animale, scandale sanitaire et financier). Mon opinion : tolérance 0 si on veut vraiment protéger les bêtes d'abattoir, tout le reste est arguties. Mais j'espère cependant que Catherine Kamianecki (lauréate précédente sur le sujet) va se battre jusqu'au bout avec les armes qui sont les siennes. Comme vous d'ailleurs. Bonne continuation.

  2. CéliaFontaine 25/09/2017 à 21:00:25

    Pour répondre à l'aimable commentaire ci-dessous de 10LOUPS, visiblement, vous ignorez que la lauréate de l'année dernière a déjà traité de ce sujet en profondeur, et son travail est lisible gratuitement à la page 289 de la Revue semestrielle de droit animalier que voici : http://idedh.edu.umontpellier.fr/files/2015/03/RSDA_2_2016.pdf. Il serait bon de s'informer avant de critiquer. Le même sujet ne va pas revenir chaque année... C'est pourquoi j'ai choisi un autre sujet, que vous n'avez pas lu puisque celui-ci n'est pas encore publié. 

  3. 10loups 19/09/2017 à 19:00:51

    C'est en effet admirable mais attention à la dispersion. Cette gentille étudiante n'a pas soulevé une seule fois le problème du halal en France... Si c'est un oubli, ça veut dire que le niveau universitaire n'est pas performant ! Tabou ?...

  4. venus91 19/09/2017 à 16:58:17

    Quel bonheur de voir que Reha Hutin se bat depuis 40 ans pour toutes les causes animales, chapeau Madame, et merci pour votre combat de tous les instants. Cordialement