Faites un don

Retourner à l'accueil > Actualités > La Norvège revient sur son projet d'"abattage massif" de loups

Politique20.12.2016

La Norvège revient sur son projet d'"abattage massif" de loups

Oslo, 20 déc 2016 (AFP) - La Norvège a divisé mardi par trois, de 47 à 15, le nombre de loups à tuer sur son territoire, une décision perçue comme "le plus beau cadeau de Noël" par les ONG qui redoutaient un "abattage massif".

Les autorités régionales de gestion de la faune avaient autorisé en septembre l'extermination de 47 loups, ce qui avait suscité un tollé parmi les défenseurs de ces animaux classés comme menacés d'extinction dans le pays scandinave.

Entre 65 et 68 loups y ont été recensés l'hiver dernier, selon l'organisme spécialisé Rovdata, et au moins 25 autres dans les régions frontalières avec la Suède voisine.

Appelé à trancher, le ministère du Climat et de l'Environnement a conclu que l'abattage de quatre meutes violerait la loi norvégienne et la Convention de Berne relative à la conservation de la vie sauvage et du milieu naturel de l'Europe. "Les loups de ces quatre meutes ne représentent pas à l'égard des moutons et des rennes domestiques une nuisance potentielle suffisante" pour justifier leur destruction, a déclaré le ministre Vidar Helgesen lors d'une conférence de presse.

Cette annonce a été saluée par la branche norvégienne du Fonds mondial pour la nature (WWF) qui s'était auparavant inquiétée que ces projets d'"abattage massif" provoquent la disparition de "70 % de la population de loups" dans le pays. "C'est le plus beau cadeau de Noël que l'on pouvait avoir", a réagi sa secrétaire générale, Nina Jensen. "Cela prouve une fois pour toutes que le loup est chez lui dans la nature norvégienne".

Après cette décision, la population de ces canidés sera supérieure aux objectifs officiels, a fait valoir M. Helgesen : selon les derniers décomptes, la Norvège abrite neuf meutes reproductrices, dont sept sur le seul territoire national, alors que l'objectif fixé par le Parlement est de quatre à six meutes reproductrices, dont au moins trois purement norvégiennes.