Faites un don

Retourner à l'accueil > Actualités > Bouquetins du Bargy : une avancée pour les animaux !

Faune07.06.2016

Bouquetins du Bargy : une avancée pour les animaux !

Pour éradiquer la brucellose en Haute-Savoie, le gouvernement revient sur sa décision d’abattre massivement et sans distinction les bouquetins. Une avancée saluée par la Fondation 30 Millions d’Amis.

Une avancée pour les bouquetins du Bargy. © Frank Kranich - Fotolia.com

Plus de 70 bouquetins abattus pour rien. Ces animaux ont été tués sur décision de l’Etat début octobre 2015 alors que la plupart étaient sains dans le but d’éradiquer la brucellose, une maladie infectieuse jugée « grave et transmissible à l’Homme » par les autorités. La méthode d’abattage massif et non différencié des animaux est décriée depuis le début par plusieurs associations de protection animale dont la Fondation 30 Millions d’Amis.

Un changement de méthode

Aujourd’hui, les pouvoirs publics sont revenus sur leur décision et vont plutôt procéder à un « assainissement sélectif » des bouquetins du Bargy. La « stratégie d'action » du gouvernement consiste désormais à mettre en œuvre « un assainissement sélectif des animaux restant sur le massif afin de constituer un noyau sain », selon une directive du 12 mai 2016 signée par les ministres de l'Environnement Ségolène Royal, de l'Agriculture Stéphane Le Foll et par la secrétaire d'État chargée de la Biodiversité Barbara Pompili.

« Le préfet a reçu l’obligation de revoir sa copie par les trois ministères » explique Madline Reynaud, directrice de l’ASPAS. Ce revirement de situation est donc une nouvelle satisfaisante : « Après trois ans de gestion désordonnée du dossier de la brucellose dans le Bargy, la lettre de cadrage interministérielle du 12 mai 2016 constitue une avancée décisive. Ainsi, les autorités ont amoindri les dégâts et la population visée » poursuit-elle.

L’abattage était inutile

Depuis des mois, les associations de protection animale se sont démenées pour sauver la vie de ces animaux. D’autant que l’euthanasie du cheptel n’est pas une méthode efficace pour enrayer la brucellose. En effet, « les études conduites par une quinzaine d'experts européens réunis par l'Anses entre octobre 2014 et juillet 2015 ont permis de démontrer que l'abattage massif, rapide, non différencié, loin de réduire la maladie a pour conséquence d'augmenter les risques notamment par l'éparpillement des animaux » dénonçaient les associations France Nature Environnement, LPO, Frapna et Aspas. Elles estimaient également que les « bouquetins du Bargy ne représentent pas un danger significatif pour le cheptel domestique (niveau quasi-nul à minime) et que le risque actuel pour l'homme est quasi-nul ». Depuis 2013, plusieurs centaines de bouquetins sains auraient été abattus.

Aujourd’hui, on estime à 300 le nombre de bouquetins encore présents sur le massif du Bargy.

Commenter

  1. pichounette 09/06/2016 à 09:03:22

    encore une fois on tue et après on réfléchit........  il faut régluer les populations pour éviter une surpopulation mais il faut arrêter d'avoir la gachette facile... on est pas dans un jeu vidéo