Fondation 30 Millions d'Amis

Fondation 30 Millions d'Amis
Faites un donFaire un don

 €

Votre don ne vous coûte que
XXX après réduction fiscale

Interview

Jeanne Mas : « Un animal qui donne sa chair mérite le respect »

Jeanne Mas se confie à 30millionsdamis.fr © Benjamin

Star de la chanson, mais aussi ardente défenseuse de la cause animale. 30millionsdamis.fr s’entretient avec Jeanne Mas à l’occasion de la sortie de son livre « Ma vie est une pomme » (Michel Lafon).

Vous venez de publier et d’assurer la promotion de votre livre où il est beaucoup question de végétarisme. Comment avez-vous été reçue dans les médias ?
Jeanne Mas :
Cela s’est bien passé. Je crois qu’il y avait un intérêt de la part des médias sur le sujet. D’autant que cela a coïncidé avec la diffusion des images de l’abattoir du Vigan révélées par l’association L214. Cela fait prendre conscience de toute l’horreur et de la torture subies par les animaux dans les abattoirs. Parce qu’on ment au consommateur ! On dit que c’est un abattoir bio, comme si un abattoir qui fait couler du sang pouvait être bio… C’était donc le bon moment pour faire entendre mon message sur le végétarisme et les médias se sont montrés assez ouverts.

Dans votre livre, vous évitez l’écueil du prosélytisme. Pour vous, quel est l’objectif de cet ouvrage ?
JM : On ne peut pas se permettre de culpabiliser les gens. La plupart de ceux qui mangent un steak, ne savent pas toute la souffrance qu’il y a derrière ! On ne peut pas les blâmer de leur manque de connaissances. Par exemple, qui sait qu’un kilogramme de viande requiert environ 15 000 litres d’eau ? Il faut les informer, leur expliquer qu’il ne faut pas faire n’importe quoi si on veut devenir végétarien et c’est tout le but de mon livre.

Ne plus manger de viande : est-ce devenu « tendance » ? Ou est-ce mieux perçu et plus facile aujourd’hui qu’hier ?
JM : Pour moi, ce n’est pas une mode. Le sans-gluten est une mode. Mais le végétarisme est une prise de conscience. Les gens ont envie de se préoccuper de leur santé. On aspire tous à une vie meilleure ! Mais c’est vrai que plus facile aujourd’hui ! Moi, quand j’étais jeune et que je disais que je ne me sentais pas en phase avec le fait de faire souffrir des animaux, on me demandait si je n’étais pas hippie ! On me voyait comme une extraterrestre. Aujourd’hui, on comprend. Il y a encore des mentalités fermées mais pour moi, c’est dû à un manque d’information.

 

"Le végétarisme est une prise de conscience."
Jeanne Mas

Vous avez adopté un mode de vie très sain que vous avez transmis à vos enfants : c’était essentiel qu’ils soient aussi végétariens pour vous ?
JM : Je les ai guidés vers le végétarisme. Mais j’ai toujours fait très attention à leur alimentation et mes enfants n’ont jamais eu de carences ni été obèses. Toutefois, lorsqu’ils étaient en dehors de la maison, ils pouvaient manger de la viande s’ils le souhaitaient. Par la suite, ils ont eu le choix car il ne faut rien imposer !

La corrida, la chasse, la fourrure, l’expérimentation animale : qu'est-ce qui vous touche le plus ?
JM : Moi, tout me touche, tout est horrible. Au nom de la « culture », on va massacrer des taureaux. Mais n’a-t-on pas envie d’éliminer cette violence inutile ? Les filles qui portent encore de la fourrure, sont-elles conscientes de toute la souffrance endurée par ces animaux ? Aujourd’hui, je m’isole auprès de ceux qui ont du respect pour la planète et les animaux, car ce sont eux qui respectent aussi les gens.

Aux USA, où vous vivez maintenant, vous dîtes que votre choix de vie est plus facile…
JM : Aujourd’hui, tous les restaurants sont plus ou moins végétariens voire vegan. Je ne vais que dans les restaurants dont le leitmotiv est la santé. En France, les restaurateurs ne comprennent pas toujours lorsque je dis que je suis vegan. On me répond : « mais vous mangez de la mozzarella alors ? Ou des crevettes sinon ? ». C’est effectivement plus facile aux Etats-Unis. Tout ce que j’ai appris sur le végétarisme, je l’ai appris là-bas.

Êtes-vous investie pour la protection des animaux aux USA ?
JM : Je me suis particulièrement investie dans la protection des loups car certains états autorisent le tir à bout portant sur ces animaux. J’apporte aussi un soutien financier à diverses associations de protection animale pour les aider à payer des avocats. Car pour protéger les animaux, il faut des lois !

Un dernier mot ?
JM : Je pense qu’on devrait poser des caméras dans tous les abattoirs pour qu’on puisse surveiller le moindre dérapage. Un animal qui donne sa chair mérite le respect. Aucun animal n’a envie de mourir et souhaite si possible, vivre une vie heureuse. Le jour où tout le monde sera végétarien, les animaux pourront être tranquilles.

Plus d'infos :
Ma vie est une pomme
Editions Michel Lafon
17,95 €
Voir la fiche de lecture
Toute la revue de livres

Commenter

  1. isadelibes@gmail.com 22/11/2016 à 11:37:39

    JE L ADORE! RESPECT!

  2. rosaborisova505@gmail.com 17/05/2016 à 17:17:06

    On à aucune droit de tuer d'autres être vivants pour ce nourire, faire des profits et vollez LEUR chair!!! C'est horible que les adultes inteligentes continuent de suporter, promuvoir et encouragez l'esclavage d'animaux sans aucune bonne raisons et aucune logique. Informez Vous S.V.P. ... regarder YouTube: Le discours le plus important de votre vie, Voir la realité telle quelle est, L'adieu au steak- super débat sur infrarouge, Terriens, Une vie de cochon, The superiour human, Europe's dark secret pour en savoir plus.  

  3. nathjou@yahoo.com 06/04/2016 à 13:08:36

    Bonjour,

    Je ne sais pas si Jeanne Mas a réellement dit "Un animal qui donne sa chair..." ou s'il s'agit d'un problème de retranscription, mais j'aurais préféré lire "Un animal à qui on prend sa chair...". Même si en tant que vegan, je me fais violence pour écrire cela, je n'aime pas non plus le prosélytisme et pense que l'information est LA solution. Aucun animal ne veut mourir, donc aucun animal ne donne sa chair et chacun d'eux mérite de respect.